Industrie/Négoce

Tarkett dans le rouge en 2017 après la sanction de l’Autorité de la concurrence

Mots clés : Concurrence - Industriels du BTP

Pénalisé par une amende de 165 millions d’euros versée à l’Autorité de la concurrence, le groupe français de revêtements de sols a publié jeudi 8 février une perte nette annuelle de 39 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en hausse de 3,7% à 2,84 milliards d’euros.

C’est une amende qui fait mal. Condamné en octobre dernier par l’Autorité de la concurrence à une amende de 165 millions d’euros pour des faits d’entente illégale avec Forbo et Gerfloor, Tarkett a publié jeudi 8 février une perte nette annuelle de 39 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en hausse de 3,7% à 2,84 milliards d’euros. Or, hors impact de l’amende, le résultat net aurait été positif de 126 millions d’euros (+6,5%), a fait valoir le groupe de revêtements de sol dans un communiqué.

Malgré cela, le directeur général de Tarkett, Glen Morrison, a salué au cours d’une conférence téléphonique, la « robuste croissance organique » (+4,8% sur l’année) du groupen avec une « accélération au 4e trimestre » (+6,9%) où toutes les divisions étaient « en territoire positif ».

La croissance 2017 a notamment été tirée par la division Sport (+11,7% à périmètre et changes constants), soutenue par les gazons synthétiques et les pistes d’athlétisme.

Le segment englobant la CEI (dont notamment la Russie), l’Asie-Pacifique et l’Amérique latine a également enregistré une solide croissance (+10,8% en organique), tandis que l’Amérique du Nord reculait sur l’ensemble de l’année (-1,8% toujours en organique), malgré une reprise au 4e trimestre (+0,8%). L’Europe-Moyen Orient était en hausse de 3,7%, également à périmètre et changes constants.

Pour 2018, Glen Morrison observe que « la situation économique sous-jacente de la plupart (des) marchés » du groupe « est positive ».

Tarkett n’a pas donné d’objectif chiffré pour l’année 2018. « Nous allons continuer à être confrontés au défi des hausses de matières premières, dont nous pensons qu’elles seront du même ordre qu’en 2017 », a dit le directeur général. Mais « la différence est que nous avons déjà pris des mesures sur les prix de vente, et notre objectif est de compenser ces hausses cette année », a-t-il ajouté.

Glen Morrison a maintenu les objectifs pour 2020 annoncés en 2016, prévoyant un chiffre d’affaires d’environ 3,5 milliards d’euros et une marge brute d’exploitation (Ebitda) ajustée supérieure à 12% à cet horizon.

 

 

Focus

Du changement à la tête du conseil de surveillance

Eric La Bonnardière remplacera en tant que président du conseil de surveillance de Tarkett, Didier Deconinck, qui restera vice-président. Une décision qui traduit « l’engagement de la famille Deconinck pour le développement à long terme de Tarkett », a indiqué le groupe. La famille Deconinck détient 5O,2% du groupe et 66,7% des droits de vote. Petit-fils de Bernard Deconinck père, Eric La Bonnardière était jusque là vice-président du conseil de surveillance. Il est PDG et co-fondateur d’Evaneos, une plateforme d’agences de voyages.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X