Sylvain Fornes, artisan, ferme son entreprise et explique pourquoi

Sylvain Fornes, artisan, ferme son entreprise et explique pourquoi

Laurent Duguet |  le 17/03/2020  |  RhôneCoronavirusConfinement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Rhône
Coronavirus
Confinement
Valider

Sommaire du dossier

  1. «Si nous reprenons les chantiers, nous serons moins performants», Laure Carladous, DG de Spada Construction
  2. «Le guide des bonnes pratiques ne réglera pas tout», Pierre Schaeffer, président de la fédération du BTP de Moselle
  3. "Nous paierons nos entreprises dans les meilleurs délais", Nordine Hachemi, Pdg de Kaufman & Broad
  4. «Nous attendons impatiemment les directives», Dominique Soyer, directeur général de Maisons & Cités
  5. "Les clients ne veulent plus nous recevoir!", Bastien Danni, gérant de ViaRéno (Bouloc, 31)
  6. «90 % de nos clients ont suspendu leur activité», Frédéric Bossy de Jouvin Carrelage
  7. "C'est toute une chaîne qui doit reprendre", Arnaud Castillon, président de Castillon TP (Saint-Palais, 64)
  8. "Nous pouvons contribuer à la construction d'hébergements pour les soignants et les malades", Yoann Choin-Joubert, Groupe Réalités
  9. «L’arrêt des chantiers routiers est généralisé en France», Franck Fournols, directeur général de France Rabotage
  10. «Une très grande solidarité au sein des équipes», Damien Patriarche, DG de Patriarche
  11. "Une dizaine de salariés ont accepté d‘être sur des chantiers où ils seront en binôme sans aucun autre corps d’état présent", Edouard Dejoie
  12. Vosgelis prend des nouvelles de ses locataires seniors
  13. « On a reçu un tir double avec le coronavirus et le report des élections municipales », Valentine Guichardaz-Versini, architecte
  14. « Nous travaillons déjà sur les scénarios de reprise d’activité », Alexandre Marchetta, directeur général de Mecalac
  15. « Les paiements des prestations avant crise seront assurés », Clarisse Mazoyer, présidente de l’Oppic
  16. «Des conséquences difficiles à évaluer», Thibaud Babled, architecte
  17. "90 % de nos effectifs seront au chômage partiel à partir du 27 mars", Patrick Vandromme, P-DG d'Hexaom
  18. Sylvain Fornes, artisan, ferme son entreprise et explique pourquoi
  19. «50 % des chantiers sont gelés», Francis Stéphan, directeur général de Domofrance
  20. Coronavirus : comment Spie batignolles fait face à la crise
  21. Coronavirus : la vie en agence
  22. «Un gros creux à craindre au second semestre», Georges Metzger, président de GCM
  23. «C’est ubuesque, on nous prend pour des chiens», Christian Surget, président de la FRTP Nouvelle-Aquitaine
  24. «Veiller à la santé et au bien-être de nos collaborateurs » Vincent Roux, DG de Richez Associés
  25. "A ce jour, aucune opération n’est abandonnée", Viguier Architecture Urbanisme Paysage

Sylvain Fornes, 57 ans, dirige une entreprise de peinture comptant un salarié et deux apprentis à Montanay (Rhône). Il est par ailleurs administrateur national de la Capeb, et explique les raisons de sa mise à l'arrêt

"Depuis la semaine dernière, je suis convaincu, en tant que chef d’entreprise et citoyen, qu’il est impératif de se confiner. Je précise que je ne suis pas hypocondriaque et qu’en 30 ans, je n’ai vu le médecin que 5 fois. Mais là, les gens ne se rendent pas compte de la gravité de la situation. Il faut arrêter la propagation de ce virus et arrêter de faire prendre des risques à nos salariés que l’on peut mettre en danger.

De surcroît, soyons pragmatique : en risquant de faire contaminer nos salariés, nous prenons un risque d’être poursuivi devant les prud’hommes et je ne voudrais pas connaître un « prud’homme boom ». Il en va de même à l’égard de nos clients, souvent peu jeunes. La semaine dernière déjà, certains m’ont appelé pour m’indiquer qu’ils ne voulaient plus me voir. Je n’ai pas attendu ces coups de fils pour avoir des doutes. Il est hors de question de mettre ces personnes en danger. Et si c’est le cas, on peut rechercher notre responsabilité.

Etre accusé de la mise en danger d'autrui, chacun se rend-il compte de ce que cela signifie ? Trop de collègues le prennent à la légère. L’un d’eux m’a demandé de lui mettre une bouteille au frais pour l’apéro. Je lui ai dit qu’il fallait arrêter les contacts, mais qu’au sortir de la crise, je mettrais deux bouteilles de côté. Je suis d’autant plus sensibilisé - mais ce serait pareil autrement – dans la mesure où mon salarié est mon fils. J’ai prévenu les clients, laissé le matériel chez eux, appelé pour décaler les chantiers à venir et mis mon salarié et les deux compagnons au chômage technique. Mes compagnons étaient en arrêt depuis la semaine dernière, puisque je leur avais demandé d’utiliser une semaine de congés à solder. On ne redémarrera pas avant mi à fin avril dans le meilleur des cas. Franchement, je m’attendais à des mesures plus restrictives que celles annoncées par l’Etat. Quant à moi, n’ayant pas d’assurance perte d’exploitation, je ne percevrai rien. Certes, nous aurons droit à un décalage des charges mais si les indemnisations sont calculées par une comparaison à mois équivalent, ça va être compliqué."

Commentaires

Sylvain Fornes, artisan, ferme son entreprise et explique pourquoi

Votre e-mail ne sera pas publié

DUARTE

20/03/2020 18h:56

Respect Monsieur, nous avons fait la même chose. Malheureusement à la vue des dernières informations , nos syndicats retournent leur veste. Faut-il s'en étonner?

Votre e-mail ne sera pas publié

Alain

22/03/2020 10h:15

Bonjour, je comprends votre position, je vais vous exposer la mienne : je suis artisan depuis 25ans, comme vous je ne suis allé chez le médecin que 4 ou 5 fois en 25ans de carrière. Je travaille seul, et en accord avec mes clients, quand cela est possible, je continue à travailler sur les chantiers pour lesquels c'est possible en respectant les distances de sécurité et tout protocole pour préserver la santé des mes clients et la mienne.(distances de sécurité, isolation de la zone de travail et confinement des clients dans la parties non concernées par les travaux, désinfection des zones en contact avec la peau poignées de portes, interrupteurs....). aujourd'hui, j'ai plusieurs chantiers libres , vides sans personne, je ne peux pas travailler parce que tous mes fournisseurs sont fermés et je n'ai plus le matériel nécessaire pour approvisionner mes chantiers.....l'économie Française aura beaucoup de mal à se relever, je trouve dommage que nous ne puissions pas continuer à travailler, en prenant toutes les précautions nécessaires, bien sûr. Nous sommes des professionnels et chaque jour, nous nous adaptons aux diverses situations que nous rencontrons sur les chantiers, nous pouvons nous adapter à cette situation. Comme vous le savez les charges courent toujours, même quand l'argent ne rentre pas. En 25ans de carrière j'ai essuyer plusieurs crises, j'espère résister à celle ci...

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur