Industrie/Négoce

Sur le marché de l’isolation, la réglementation donne le la

Les industriels ont revu leurs systèmes pour respecter la réglementation. L’amélioration du confort thermique d’hiver comme d’été dans les bâtiments est l’une des conséquences de cette évolution.

« Sur la partie mur, nous avons beaucoup travaillé sur la performance des produits en accord avec la RT 2012. Nous avons développé des briques affichant une plus grande résistance thermique. Résultat, aujourd’hui, nous avons doublé celle de nos produits pour une même épaisseur. » Gilles Wuthrich, directeur de projets et du marketing des tuiles de Wienerberger France, reconnaît l’importance du cadre réglementaire dans la recherche du confort thermique.

 

Ponts thermiques

 

La recherche de la performance a pleinement bénéficié à certains produits, tel le bloc béton isolant. Bernard Cosnier, directeur de la R &D chez Alkern, y voit toutefois une limite : « Le marché du confort thermique se porte bien mais est très chahuté. Nous devons nous battre sur autre chose que le R, car le R c’est un prix. L’axe principal de développement reste la facilité de pose des produits, qui est une réelle demande de nos clients. » Xavier Perchais, directeur du pôle façades chez Knauf Bâtiment, insiste, lui, sur « l’importance de la mise en œuvre notamment en ITE pour éviter les pathologies futures ».L’objectif des industriels est de traiter plus facilement les points singuliers et les ponts thermiques d’un bâtiment, ce problème étant le véritable ennemi du confort à l’intérieur d’un bâtiment, mais également de la performance énergétique. Chez Unilin, cette volonté de traiter les ponts thermiques a débouché sur le lancement d’un nouveau système de cloison explique Sébastien Perrissoud, responsable du développement des produits France d’Unilin Insulation : « Notre solution Thermiwall multifonction permet de traiter les murs entre le garage et la partie chauffée de la maison. » Un vrai atout dans la recherche du confort thermique, car ces points singuliers d’un bâtiment entre les parties chauffées et non chauffées constituent une source importante de déperdition thermique et énergétique. Facile à poser, ce système supprime les ponts thermiques éventuels. Bruno Burger, chef de marché second œuvre et responsable du développement durable chez Knauf Bâtiment, ajoute que « l’enjeu principal est d’avoir une enveloppe équilibrée traitant les ponts thermiques et l’étanchéité à l’air avec, en toile de fond, la réduction des épaisseurs ».Cette chasse aux ponts thermiques oblige les industriels à développer une grande gamme d’accessoires « afin d’assurer une isolation continue, se félicite Gérard Persuy, chef de marché pour l’isolation sols et toitures chez Knauf Bâtiment. Nous proposons des produits avec emboîtement avec des outils de découpe assurant une coupe précise pour le jointoiement des panneaux. »

 

Bas carbone

 

Outre le confort thermique, l’objectif affiché des industriels est déjà d’an- ticiper les futures réglemen- tations. Pour ce faire, ils orientent leurs recherches vers des solutions associant non seulement le confort thermique et le confort acoustique, mais également la santé des occupants. « L’aspect sanitaire de nos produits est devenu essentiel, précise Renaud Benchet, responsable technique d’Ursa. Avec notre laine Pure One, nous proposons un produit sans formaldéhyde mais qui, de plus, n’en émet pas. »Le label E + C – est devenu le garde-fou des solutions techniques à venir, dans le but d’une approche globale du confort. Un effort particulier est réalisé autour de la qualité de l’air intérieur, d’autant qu’avec des bâtiments toujours plus étanches le renouvellement d’air est moins important. Il est donc important de mettre en œuvre des produits moins polluants.Nadine Grard, directrice du marketing et de la communica tion France de Knauf Insula tion, dresse un constat similaire : « Nous associons le thermique et l’acoustique pour aller vers une recherche de confort global. Ce que nous pouvons également observer, c’est que nous augmentons l’épaisseur des produits, lesquels sont également plus denses. À titre de comparaison, si on met de la laine de verre partout dans une maison individuelle, le poids de celle-ci était de 650 kg il y a sept-huit ans, alors qu’aujourd’hui nous en sommes à 1 tonne de produits. La preuve que les solutions innovantes sont plus denses. »

Vitrages intelligents

 

Par ailleurs, il ne faut pas qu’un bâtiment n’est pas seulement composé de parois opaques, et les parois vitrées ont toute leur place dans cette recherche du confort thermique. Ces parois sont facilement prises en compte dans le neuf avec des études optimisant l’orientation du bâtiment et les apports solaires dont il va bénéficier. C’est plus compliqué dans le cas d’une rénovation. Pour autant, les possibilités de développement des produits sont importantes. Valérie Vandermeulen, marketing manager chez AGC, donne les clés d’un vitrage performant : « Nous avons des fenêtres de plus en plus grandes, pour bénéficier de l’apport solaire. Nous devons donc avoir une température confortable à côté des fenêtres, il ne doit pas y avoir un ressenti de froid. L’ambition d’AGC est de développer des gammes de produits qui s’adaptent à toutes les orientations de façades, avec la volonté de protéger du froid en hiver et de la chaleur en été. »Cette volonté a abouti sur le développement d’Halio. Valérie Vandermeulen précise : « Le verre Halio s’opacifie s’il y a trop de soleil, s’éclaircit s’il n’y en a pas assez et ce, en moins de trois minutes. » Une manière de faire entrer le vitrage dans l’ère de la connectivité, sachant que celui-ci peut être commandé à distance avec des scénarios et programmes qui sont possibles. Cette tendance lourde devrait s’amplifier, et le vitrage devenir plus réactif aux paramètres extérieurs, à l’image du produit Horizon Energy, imaginé par Vinci et Sunpartner, avec un vitrage photovoltaïque.

 

Entretien - Avis d'expert

« Notre message a dû évoluer vers le confort thermique »

« S’il y a beaucoup d’attente autour du confort thermique, l’expression des clients ne se limite pas à cet aspect, la santé est aussi importante. Ce constat nous a obligés à modifier notre message, longtemps axé sur l’aspect économique. Aujourd’hui, nous insistons sur les notions de confort, de qualité des matériaux et de la valorisation du bien. Nous encourageons les clients à effectuer des travaux de rénovation pour réaliser des économies d’énergie, mais aussi pour gagner en confort ressenti. La principale attente des clients en matière de confort thermique est d’avoir des zones de chauffe mieux réparties dans la maison afin d’éliminer les zones froides ou surchauffées. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X