En direct

Sur la LGV Est, la pose du ballast se fait la nuit

Defawe Philippe |  le 19/07/2006  |  France TransportsTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Transports
Transports mécaniques
Valider

En raison des températures caniculaires qui sévissent actuellement sur l'est de la France, les entreprises oeuvrant à la pose des équipements ferroviaires sur la ligne LGV Est européenne ont été obligées d'adapter leurs horaires de travail, en travaillant de nuit.

"Outre les contraintes humaines, il y a aussi des contraintes techniques qui nous obligent à travailler de nuit", a déclaré à l'AFP Philippe Arnould, chef de l'une des trois bases d'équipements ferroviaires de la LGV Est, à Pagny-sur-Moselle (Moselle).
"L'opération de pose du ballast sous les traverses, dite de relevage, ne peut se réaliser que dans une fourchette de températures de plus ou moins 20 degrés par rapport à la température qu'il faisait lorsque le rail a été posé", a-t-il expliqué.
"Pour des rails fixés en mars, où les températures avoisinaient les 5 degrés, nous ne pouvons donc pas procéder à la pose du ballast lorsqu'il fait plus de 25 degrés, comme en ce moment, ce qui nous oblige à travailler de nuit avec des équipes qui opèrent entre 21h et 5h de matin" a-t-il précisé.
Autre contrainte, celle qui consiste à "régler" le rail pour qu'il conserve toujours la même longueur, quelle que soit la température extérieure.
"On règle chaque rail, en tirant à chaque bout au moyen de vérins hydrauliques, à la longueur qui serait la sienne si la température était de 25 degrés, puis on le soude au rail suivant", a poursuivi Philippe Arnould. Les rails livrés sur le site mesurent chacun 1.200 mètres.
"Grâce à cette technique, dite de "libération", le rail ne subira pas les phénomènes de dilatation ou de compression et conservera la même longueur quelle que soit la température extérieure", a assuré le technicien.
"Là encore, comme notre température de réglage est de 25 degrés, nous sommes obligés de travailler sur les rails lorsque le mercure est en-dessous de ce seuil" a-t-il précisé.
AFP

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil