En direct

Superphénix est déconstruit à près de 40%

Defawe Philippe |  le 20/12/2006  |  France EnvironnementIsèreSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
France
Environnement
Isère
Santé
Technique
Valider

EDF a annoncé mardi que 38% du surgénérateur nucléaire Superphénix, situé à Creys-Malville (Isère), avaient été déconstruits. Le sodium liquide encore présent sera incorporé dans des blocs de béton. La centrale doit être totalement déconstruite en 2025.

"Nous allons construire une chaîne de traitement des 5.500 tonnes de sodium liquide (une substance délicate à manipuler car elle s'enflamme au contact de l'air et de l'eau) qu'utilisait le réacteur pour évacuer la chaleur, afin de transformer ce produit en soude qui sera incorporée à des blocs de béton", a indiqué le futur directeur (à partir du 1er janvier prochain) de la centrale, Jean-Pierre Thomas.
"A la fin de l'opération, cela représentera 70.000 tonnes de béton très faiblement radioactif stocké sur place. Au bout de 30 ans, ce béton aura la même radioactivité que celle du granit et pourra être utilisé comme matériau de construction", a ajouté M. Thomas.
Le démantèlement de la cuve du réacteur, fortement radioactive, s'étalera entre 2013 et 2020. La démolition du bâtiment réacteur devrait durer 5 ans.
EDF évoquait un "retour à la pelouse" à Creys-Malville, mais ce gazon abritera quand même en 2025 un bâtiment avec une piscine contenant 14 tonnes de plutonium, une substance particulièrement dangereuse.
Rappelons que le gouvernement a décidé en juin 1997 de fermer et supprimer la centrale nucléaire Superphénix "à cause de son coût excessif".

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil