En direct

Suez refuse toute discussion avec Enel

Defawe Philippe |  le 12/06/2006  |  InternationalParisEuropeFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Energie
Paris
Europe
France
Valider

Le groupe Suez, qui veut coûte que coûte fusionner avec Gaz de France, a de nouveau refusé lundi tout partage de son groupe avec l'italien Enel, qui souhaiterait aujourd'hui proposer une solution à l'amiable plutôt que de lancer une offre hostile sur le français.

Le gouvernement français avait annoncé dans la précipitation le mariage entre les deux groupes fin février, pour contrer une éventuelle offensive d'Enel sur la filiale de Suez, Electrabel, spécialisée dans l'électricité en Belgique.
Selon le quotidien Les Echos, l'ambition d'Enel n'est pas éteinte. L'italien aurait proposé trois scenarii à Suez: une cession d'Electrabel, une gestion en commun de cette même filiale, ou bien une reprise de certains actifs tels que Distrigaz, spécialisé dans le négoce de gaz, et des centrales électriques.

Interrogé lundi, Suez a campé sur ses positions en refusant tout dialogue avec l'italien avant la fin du processus de fusion avec Gaz de France. Un porte-parole de Suez a souligné que le groupe n'a pas été contacté par Enel.
"Electrabel est notre bras armé dans l'électricité en Europe. Il n'y a rien à négocier sur Electrabel, que nous venons d'acquérir pour renforcer notre groupe. On a un seul projet, la fusion avec Gaz de France", a dit Suez, qui a lancé avec succès une OPA sur Electrabel en août dernier.
"Croire qu'on pourrait faire un rapprochement à trois, c'est complètement utopique", estime le français, qui renvoie à l'après-fusion tout dialogue avec d'autres partenaires.
"Une fois le nouveau groupe fusionné, nous pourrons conclure des partenariats commerciaux et industriels avec d'autres groupes, Enel ou tout autre groupe intéressé", a-t-il ajouté.
Selon une source proche du dossier, les hypothèses décrites dans le quotidien Les Echos sont des "scénarii assez simplistes" mais "il existe bien une volonté d'apaisement entre Paris et Rome, qui ont de bonnes relations depuis le résultat des élections en Italie".

Le chef du gouvernement italien Romano Prodi doit effectuer mardi sa première visite en France depuis sa victoire aux législatives d'avril.
"L'affaire est devenue politique, et ce sera le leitmotiv de Romano Prodi. M. Prodi va arriver à Paris avec des possibilités de s'entendre avec Paris pour éviter une OPA qui sera désagréable au gouvernement français", a estimé cette source.
Outre le volet diplomatique, le projet de rapprochement Suez-GDF prévu d'ici la fin de l'année se place aussi sur le terrain politique national.
Le PDG de GDF Jean-François Cirelli a rappelé le week-end dernier qu'"il nous faut une loi et que les parlementaires soutiennent notre formidable projet industriel. Nous nous employons à les convaincre".
Un débat dans les deux assemblées mercredi et jeudi sur le thème de l'approvisionnement énergétique, va donner au Premier ministre Dominique de Villepin, échaudé par la crise du CPE, l'occasion de sonder les parlementaires, avant d'aller au front.
Préalable à la fusion, le vote d'une loi permettant à l'Etat de passer sous le seuil des 50% du capital de GDF, et donc de privatiser le groupe, suscite des remous au sein de la majorité.
Lundi, le ministre de l'Emploi et de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo a prévenu que la fusion devait revêtir un "caractère vital et stratégique" pour justifier un "renoncement" par le Parlement de sa "parole" sur le maintien de la part de l'Etat à plus de 70% dans GDF.
Béatrice LE BOHEC (AFP)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur