En direct

Succession en douceur chez Nord France Construction

M. B. |  le 09/12/2011  |  NordFrance entièreCollectivités localesSeine-Maritime

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Nord
France entière
Collectivités locales
Seine-Maritime
Valider
Nord-Pas-de-Calais/Picardie -

Jean-Marie Gonsolin, le patron emblématique de Nord France construction (NFC) laisse les rênes de son entreprise générale à Jean-Pierre Chomette, son bras droit à la tête du groupe racheté par Fayat.

Apprécié de toute la profession - il préside la FFB Grand Lille - Jean-Marie Gonsolin a sauvé la branche nordiste de NFC lorsque sa maison mère, l’allemand Holzmann, connaît ses premières difficultés en 1996. Il reprend le groupe dans ses frontières nordistes avec Jean-Pierre Chomette et Pascal Quaillet.
« A l’époque, aucune banque n’a voulu croire au projet, et c’est finalement Holzmann lui-même qui a financé notre envol », se souvient le jeune retraité.

Activité triplée en dix ans

En un peu plus de dix ans, Jean-Marie Gonsolin a triplé l’activité et l’effectif du groupe, aujourd’hui à 60 millions et 240 salariés. En maintenant sa stratégie : se concentrer sur les ouvrages fonctionnels complexes en entreprise générale. Les hôpitaux, collèges, bâtiments culturels sont devenus ses spécialités et forment près de 70 % du chiffre d’affaires.
Jean-Pierre Chomette prend la présidence du groupe à un moment clé de son histoire avec la prise de contrôle par Fayat, une affaire menée en deux mois, fin 2009, entre Clément Fayat et le trio d’actionnaires. « Je suis 100 % Nord France », assure celui qui a commencé sa carrière chez NFC en 1979 par la construction de l’hôpital Salengro, à Lille. Il a créé l’agence de Compiègne en 1990 et y réalise désormais 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. En 2000, il ouvre un nouveau front avec le nord de l’Ile-de-France.
Dans le groupe Fayat, le périmètre est contraint à l’est par Cari. « Notre champ de progression est surtout dans le maillage plus fin du territoire. Si nous devions nous développer, ce serait à Rouen », précise-t-il. Et les nouveaux marchés lui tendent les bras : « Nous pouvons faire de l’offre globale avec les sociétés du groupe Fayat, comme Couturier en charpente métallique, Franki en fondations ou Satelec sur les lots techniques. Avec Fayat, nous pouvons aussi répondre aux PPP. » A quand le premier ?

PHOTO - 605590.BR.jpg
PHOTO - 605590.BR.jpg - © Samuel Dhote/LE MONITEUR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur