En direct

Structures mobiles Des ouvrages à la croisée des compétences
PHOTO - 5370Acier Rouen1.eps - © nicolas vercellino

Structures mobiles Des ouvrages à la croisée des compétences

JULIEN BEIDELER |  le 27/10/2006  |  ArchitectureRéalisationsSeine-MaritimeProduits et matérielsAcier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Réalisations
Seine-Maritime
Produits et matériels
Acier
Travail
Valider

Couvertures de stades, de piscines, ponts levant, ponts tournant… En optant pour la mobilité, les structures multiplient leurs configurations et leurs usages. Sachant les prédispositions de l’acier – notamment sa légèreté – pour répondre aux cahiers des charges de ces structures, plusieurs bureaux d’études et entreprises ont investi le marché, capitalisant sur leurs expériences respectives.

Ainsi, la société Baudin Chateauneuf, forte de ses compétences en génie scénique (conception de structures mobiles de théâtre), conçoit des piscines où les toitures et les façades sont ouvrantes, où le fond de bassin est à profondeur variable.

A la croisée de plusieurs compétences, la conception d’une structure mobile nécessite des équipes pluridisciplinaires, expertes en résistance des matériaux statique et dynamique, en métallurgie, en mécanique du contact, en étanchéité, en électricité, en automatismes…

Prototype. « Chaque mécanisme est un prototype dont la mise au point découle d’un travail itératif, explique Jean-Pierre Ghilardi, P-DG du bureau d’études Eurodim. Il faut notamment définir précisément les liaisons et les degrés de liberté entre les différents éléments structuraux pour décider des solutions techniques. Par exemple, les roulements ne sont pas les mieux adaptés à des situations quasi-statiques, car ils se déforment. Sur le pont levant de Rouen, nous avons mis au point des dispositifs de rotule sur élastomère. »

Concernant la conception des mécanismes, il est possible de recourir aux règles de la Fédération européenne de la manutention. « Pour Rouen, nous avons d’abord déterminé une classe de mécanisme en fonction de la fatigue, du nombre de cycles… Puis, en accord avec les normes européennes, nous considérons que tous les éléments doivent avoir un coefficient de sécurité de cinq par rapport à la rupture. » Sans oublier qu’une structure mobile est faite pour durer. Exploitation et maintenance sont également des piliers de la conception.

Maître d’ouvrage : ministère de l’Equipement.

Maître d’œuvre : DDE 76.

Maître d’œuvre de conception : Aymeric Zublena ; Michel Virlogeux ; Arcadis ; Serf ; Eurodim.

Entreprises : génie civil, groupement Quille (mandataire)-Eiffage TP ; charpente métallique et mécanismes : groupement Eiffel-Victor Buyck.

PHOTO - 5370Acier Rouen3.eps
PHOTO - 5370Acier Rouen3.eps - © philippe donnaes
Soulever 1300 tonnes sans effort

1 300 tonnes, 120 m de long et 17 m de large : les deux travées du pont levant de Rouen (prix spécial de l’Ingénierie 2006) sont en place et les mécanismes de levage en cours d’installation. La maîtrise d’œuvre de conception a créé un système, dont l’apparente simplicité masque les heures nécessaires à son éclosion. Les papillons en tête de pylône (450 t) permettent le croisement des câbles de levage des travées. Ainsi, chaque travée est manœuvrée grâce à des treuils et des contrepoids glissés dans les pylônes opposés. « Une disposition qui permet le centrage des efforts sur les membrures », souligne Michel Moussard, directeur du projet d’Arcadis. Avec des contrepoids de 950 t, la prépondérance de chaque travée n’est plus « que » de 350 t. Ce qui permet de réduire la puissance électrique des treuils, tout en assurant un repos gravitaire de la travée, sans verrouillage. « Pour une totale sécurité, chaque élément est doublé tout au long de la ligne de levage », précise Jean-Pierre Ghilardi P-DG d’Eurodim. La travée est guidée par des galets inox dans des rails inox intégrés au génie civil. Et selon le responsable des travaux d’Eiffel, Roger Guiraud, l’intégration des rails avec une rectitude de 0,75mm/m n’a pas été une sinécure. La conception du caisson métallique des travées résulte des impératifs du mécanisme. Son centre de gravité est excentré par rapport à la verticale de levage, ce qui oblige la travée à s’appuyer sur le pylône.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur