En direct

STRUCTURE Deux nouveaux bétons gain de temps

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 02/08/2007  |  ArchitectureRéalisationsGros œuvre

La famille des bétons de spécialité Lafarge vient de s’agrandir. Après Ductal « le surdoué » à ultra hautes performances, Agilia « le sportif » autoplaçant et autonivelant qui se coule en souplesse, Artevia « l’artiste » qui offre une large palette de couleurs et de textures, le directeur marketing béton de Lafarge, François Redron, présente l’un des derniers de la famille, Extensia, comme « le grand costaud ». Spécialement conçu pour réaliser des dallages, par nature soumis à de fortes charges de trafic et de stockage, ce béton prêt à l’emploi à faible retrait permet de réaliser des surfaces de 400 m2 sans joint là où un béton classique est limité à 25 m2. Le retrait est en effet inférieur à 250 microns par mètre, comparé à 400 microns/m pour un béton de dallage traditionnel.

Moins de joints à scier, c’est aussi moins de joints à entretenir, car ils constituent le point sensible où apparaissent fissures et épaufrures. Sans treillis soudé ni fibres métalliques, la résistance mécanique élevée d’Extensia permet de réduire l’épaisseur de la dalle. Avec ce béton, un dallage de 175 mm d’épaisseur offre la même résistance qu’un dallage traditionnel de 215 mm. Par ailleurs, sa fluidité le rend plus facile à mettre en œuvre et son temps de prise plus court entraîne une finition et une mise en charge plus rapides. Et sa résistance superficielle à l’abrasion permet de se passer de durcisseur de surface. Pour réaliser la finition, quatre à cinq heures suffisent après gâchage, comparées aux sept à huit heures d’un dallage traditionnel. La mise en charge est possible dès 14 jours, pour 28 jours avec un autre dallage.

Dérogeant aux règles de mise en œuvre prévues par le DTU 13.3, la solution Extensia fait actuellement l’objet d’une demande d’Avis technique. Mais tous ces avantages ont un prix : Lafarge vend Extensia 50 % à 80 % plus cher qu’un béton classique.

Voile décoffré en 4 heures.

L’autre nouveau-né de Lafarge, Chronolia, est considéré comme le « booster » des chantiers. Ce béton prêt à l’emploi, fluide à durcissement rapide, permet un décoffrage nettement accéléré des éléments de structure. Ouvrable durant deux heures après sa fabrication, il présente ensuite une montée en résistance très rapide pour atteindre 1 MPa deux à trois heures après la mise en œuvre, soit quatre heures après la fabrication de la première gâchée. Chronolia peut donc être décoffré quatre heures après sa fabrication tandis qu’un béton ordinaire nécessite 12 à 20 heures de durcissement. « On peut alors envisager deux décoffrages de voiles par jour, soit un gain de productivité de 60 % », avance François Redron. Celui-ci prévoit une autre application de Chronolia : la réparation de chaussées ou d’ouvrages de génie civil pour une remise en service rapide.

PHOTO - TECH 410 MORTIER 2.eps
PHOTO - TECH 410 MORTIER 2.eps

Commentaires

STRUCTURE Deux nouveaux bétons gain de temps

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur