En direct

Spie batignolles attaquée sur le front de la sous déclaration des accidents du travail
Spie batignolles - © © Spie batignolles

Spie batignolles attaquée sur le front de la sous déclaration des accidents du travail

Emmanuelle N’Haux |  le 14/06/2012  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Valider

Directement mise en cause en matière de sous-déclaration d’accident du travail, l’entreprise Spie batignolles a vivement réagi à ces attaques.

Un reportage, diffusé dans le journal de 8h de France Inter mercredi 13 juin, a ouvertement mis en cause l’entreprise Spie batignolles l’accusant, sous la foi de deux témoignages, de sous déclarer ses accidents du travail. Un coup dur pour ce groupe du BTP, qui s’est illustré, dès 2001, dans la lutte contre les accidents du travail en prônant le « 0 accident ». « Notre ambition est simple : ne plus connaitre d’accident sur nos chantiers (…). Cette politique est portée par le management à tous les niveaux de l’entreprise. Elle est partagée par l’ensemble des collaborateurs du groupe ainsi que par les partenaires sociaux. Elle mobilise des moyens importants de prévention et de sensibilisation. En dix ans, le nombre d’accidents a été divisé par deux », a réagi Nicolas Flamant, DRH du groupe. Cette entreprise affiche en effet un taux de fréquence (*) bien inférieur à celui de la profession : 18 sur les douze derniers mois contre 46 environ pour le secteur du BTP en général.

Dans un communiqué, Spie Batignolles a précisé que l’accident de l’un des deux collaborateurs mentionné dans le reportage a bien été déclaré dans les deux jours qui ont suivi l’événement, conformément à la réglementation.

La sous-déclaration coûte cher

Sous déclarer un accident du travail a une incidence directe sur le taux de cotisation de l’entreprise. Dans les entreprises de plus de 150 salariés, le taux est calculé « individuellement », c'est-à-dire en fonction du nombre d’accident réellement intervenu dans l’entreprise au cours de l’année de référence.

La pratique de la sous déclaration reste un mal français, tous secteurs confondus. Ainsi, la commission d’évaluation de la sous déclaration des accidents du travail et des maladies professionnelles, présidée par Noël Diricq conseiller maître à la Cour des comptes, a évalué, dans son dernier rapport publié en juillet 2011, entre 587 millions et 1,1 milliard d’euros le coût annuel de ces sous-déclarations. Un manque à gagner auquel le nouveau gouvernement ne manquera pas de s’attaquer.

(*) Le taux de fréquence : nombre d’accident de travail avec arrêt par million d’heures de travail.

Commentaires

Spie batignolles attaquée sur le front de la sous déclaration des accidents du travail

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur