En direct

Soutien au BTP : les mesures du gouvernement
Les surcoûts induits par l'application des règles sanitaires inquiètent les professionnels. - © A.-E.B.

Soutien au BTP : les mesures du gouvernement

Adrien Pouthier |  le 11/06/2020  |  France RelanceSoutien au BTPCoronavirusRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Relance
Soutien au BTP
Coronavirus
Réglementation
Marchés publics
Marchés privés
Négoce
Artisans
Valider

A l’occasion de la présentation en Conseil des ministres, mercredi 10 juin du 3e projet de loi de finances rectificative pour 2020, le gouvernement a présenté des mesures de soutien pour accompagner la reprise d’activité du secteur.

C'étaient sans doute les annonces les plus attendues par le BTP depuis le protocole sanitaire de reprises des chantiers : quel soutien l'Etat allait-il apporter à un secteur dont la reprise d'activité est freinée par des problématiques de surcoûts ?

Le moins que l'on puisse dire c'est que les attentes des fédérations professionnelles FNTP et FFB en tête ont été déçues.

La FNTP a déploré « une occasion historique manquée » quant à la FFB, du soutien ? "Il n'en est rien...ou presque !"

Mais quelles sont exactement ces mesures proposées par le gouvernement dans le cadre de la présentation du projet de loi de finances rectificative en conseil des ministres ?

Trois axes de soutien sont proposés pour préserver l’économie et l’emploi du secteur.

- Soutien aux entreprises les plus fragiles (trésoreries)

Le gouvernement reconduit et étend les mesures sur les charges sociales : la possibilité sera donnée aux entreprises de moins de 50 salariés en difficultés de demander une annulation de leurs charges sociales reportées en avril et mai. L'annulation s'élèverait à 50% de ces charges.

D'autre part, il est proposé d’autoriser les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés à demander dès 2020 le remboursement immédiat de leur stock de créances de report en arrière de leurs déficits ainsi que des créances qui viendraient à être constatées en 2020 du fait des pertes liées à cette crise sanitaire. "Les entreprises clôturant leur exercice en 2020 bénéficieront ainsi d’un soutien en trésorerie dès 2020, à hauteur de 0,4 Md€", estime le gouvernement.

Enfin, pour accompagner  le re-financement des entreprises, l’Etat apportera sa garantie sur les encours d’assurance-crédit.

- Soutien à l’activité et aux carnets de commandes

Pour s’assurer qu’ils restent fournis, les maîtres d’ouvrages publics comme privés seront sollicités. L'Etat va notamment augmenter sa dotation aux collectivités locales pour les investissements verts d'1Md €, le fameux "milliard vert", la faisant passer à 1,6 Md€. Le gouvernement estime que ce milliard supplémentaire pourrait avoir un effet levier de 4 à 5 Mds €.

Pour soutenir l'emploi, des aides aux entreprises pour l'embauche d'apprentis ont été annoncées. 

- Prise en charge des surcoûts

Parmi ces surcoûts, le gouvernement distingue les surcoûts directs (liés à l'arrêt de l’activité, à la fourniture de nouveaux équipements), des surcoûts indirects (nouvelle organisation du travail imposée par les règles sanitaires qui pèse sur la productivité).

Pour les surcoûts directs : une circulaire du Premier ministre adressée aux maîtres d'ouvrages de l’Etat (dont les grands opérateurs tels la SNCF, la RATP, ou la Société du Grand Paris) leur demande de renégocier au cas par cas les contrats de travaux avec les entreprises pour les prendre en charge en partie.

Sur le même sujet Ce que prévoit la circulaire de Matignon sur les surcoûts pour les marchés de l’Etat

Le gouvernement a demandé aux préfets dans une note du 20 mai 2020 de promouvoir des chartes définissant une approche solidaire des surcoûts entre les entreprises du BTP, les maîtres d’ouvrage, dont les collectivités et bailleurs, et les maîtres d’œuvre. Pour aider les collectivités territoriales à financer une partie de ces surcoûts, les préfets peuvent utiliser leur pouvoir de dérogation pour mobiliser des dotations de l’Etat (dotation de soutien à l’investissement local DSIL et dotation d’équipement des territoires ruraux DETR).

Sur le même sujet Surcoûts liés au Covid-19 : en Haute-Garonne, collectivités et FBTP partageront la note

Par ailleurs, un comité de suivi, piloté par le commissariat général au développement durable (CGDD), entre les services de l’Etat et les fédérations professionnelles sera mis en place pour objectiver projet par projet les surcoûts indirects et donner des références pour les négociations futures entre les maîtres d'ouvrages publics comme privés et les entreprises.

Sur le même sujet «Surcoûts : quelle règle dit que c’est au maître d’ouvrage de tout payer ?», Salvador Nunez, directeur d’Escota

L'enjeu de la productivité et des surcoûts indirects sera abordé par la suite notamment via une possible révision des index de prix.

Enfin le gouvernement encourage les maîtres d’ouvrage publics à faire usage des dispositions de l’ordonnance n°2020-319 du 25 mars 2020, qui permettent d’augmenter les avances aux entreprises titulaires de marchés publics au-delà de 60% sans obligation de garantie à première demande. Cette mesure est applicable pour tous les contrats conclus jusqu’à la fin de la période d’urgence sanitaire, augmentée de deux mois. Pour les marchés publics, comme privés, le gouvernement a par ailleurs reporté de plusieurs mois, par ordonnance, les pénalités applicables en cas de retard.

En attendant le plan de relance...

Une troisième étape aura lieu à la rentrée avec le lancement du grand plan de relance. Le gouvernement devrait permettre un investissement public massif pour un vaste plan de rénovation thermique des bâtiments et entreprendra notamment une simplification et une accélération des procédures pour accélérer les projets et le lancement des chantiers.

Commentaires

Soutien au BTP : les mesures du gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

Tracasseries administratives

10/06/2020 15h:00

Plutôt que dépenser des milliards sur le dos des générations futures, pour soutenir le BTP, une proposition simple et gratuite : sanctionner les tracasseries administratives en particulier des demandes de pièces dites manquantes ou complémentaires lors de l'instruction des dossiers de déclaration de travaux, les permis de construire, permis de démolir ... comme par exemples : - demander quatre photomontages quand le code de l'urbanisme n'en prévoit qu'un seul, art R431-10c du CU - demander des pièces "manquantes" qui sont pourtant fournies, - demander de modifier des pièces fournies suivant l'avis des uns et des autres alors que la demande est clairement formulée, - demander pour une extension ou une rénovation le raccordement aux réseaux publics alors que le code de l'urbanisme précise "le cas échéant" art R431-9 du CU - d'appliquer des textes qui ne concerne pas le projet - demander ce que signifie TN sur une coupe ! - demander d'indiquer la pente des toitures en % alors les altitudes de faitage et de gouttière sont précisées - demander toujours plus mais ne jamais répondre à la question posée : "peut-on réaliser le projet tel que présenté ?". Les recours administratifs se multiplient : je suis à mon nième recours administratif tous gagnés ! Mais quelle perte de temps, d'argent et quel impact sur l'activité ! Le BTP se porterait mieux si les tracasseries administratives et autres blocages injustifiés étaient comptabilisés et pourquoi pas sanctionnés.

1 réponse

psquar

11/06/2020 15h:00

Merci d'avoir mis les mots justes pour exprimer un ressenti largement partagé par tous ceux qui veulent entreprendre.

Votre e-mail ne sera pas publié

psquar

11/06/2020 14h:56

Plan de relance a la rentée,n'oublions pas de souhaiter " Bonnes vacances" aux fonctionnaires. Pour ceux qui ont des difficultés trois mois sans manger peut sembler long. Si on veut relancer la demande il faut prêter: - Aux SCI qui ont d'abord été exclues du plan de soutien ,puis maintenant seules quelques SCI comme celles qui sont classées monuments y ont droit. C'est d'autant plus intéressant que les SCI ont des garanties immobilières ainsi le contribuable ne sera pas le garant en cas de non remboursement. 6 Aux particuliers(20% du prêt a taux 0%)et éviter que le taux d'usure élimine un pourcentage élevé de candidat.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur