En direct

Sous la chaussée de Wimereux, des coquillages
Grâce à des pavés en partie poreux, les eaux de pluie pénétreront rapidement dans le bassin d’infiltration situé sous le parking. - © INGEO

Sous la chaussée de Wimereux, des coquillages

Emmanuelle Lesquel |  le 02/11/2018  |  Pas-de-CalaisChaussée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Pas-de-Calais
Chaussée
Valider

Pas-de-Calais -

Pavés en coquilles Saint-Jacques, infiltration des eaux sur place… Pour les travaux de restructuration de son avenue du Maréchal-Foch, longue de 750 m, Wimereux (Pas-de-Calais) a choisi d'innover. La commune littorale s'est lancée dans un lifting complet de cette voie, de l'optimisation des places de stationnement et de la circulation, en passant par la création de conteneurs enterrés ou encore la refonte de la gestion des eaux pluviales. La Ville est notamment la première à expérimenter à cette échelle un éco-pavé drainant. Réalisé à partir de déchets coquilliers, ce pavé est issu du projet de recherche Vecop, de l'Ecole supérieure d'ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen.

Bassin d'infiltration souterrain. « Pour cette avenue qui longe la mer, j'ai tout de suite pensé à ce procédé, explique Clément Delobel, responsable du bureau études VRD d'Ingeo, qui assure la maîtrise d'œuvre du projet avec Canopée. Environ 30 % de la structure du pavé est poreuse, ce qui permettra à l'eau de pénétrer rapidement au niveau des 1 600 m2 de parking, dans un bassin d'infiltration de 1 000 m3 situé sous les pavés. »

Ancien de l'ESITC, Clément Delobel travaille depuis 2011 sur le projet. Il raconte qu'un gisement de coquilles a été identifié non loin du site, pour assurer la fabrication de ces pavés, brevetés par Alkern. Les eaux pluviales de l'avenue rejoindront le bassin après un passage par un « tunnel débourbeur ». Grâce à son diamètre de 1,80 m, il sera facilement visitable pour l'entretien. Les eaux collectées par le bassin s'infiltreront ensuite directement, sans passer par le réseau. « Grâce à cette gestion innovante, nous avons intégré le programme européen Water Resilient Cities, ce qui nous rend éligibles à des subventions couvrant une partie du dispositif », se félicite Joël Fernagut, adjoint au maire chargé des travaux.

Revêtement couleur sable. Enfin, sur les 7 250 m2 de trottoirs de l'avenue, du colclair sera posé par Colas, titulaire du lot terrassement-voirie, assainissement et revêtements spéciaux. Breveté par l'entreprise, le colclair est constitué d'un liant transparent, le bituclair, qui laisse voir le granulat dont il est composé, ici celui du Boulonnais. « La couleur sable du revêtement rappelle le passé dunaire de la ville, nous en mettons partout désormais, dès que nous pouvons », explique l'élu. « Les anciennes bordures de trottoir en pierre seront conservées, nettoyées et réutilisées », ajoute Clément Delobel.

Les travaux, divisés en deux tranches, dureront dix-huit mois, pour un coût de 3,5 M€ TTC, subventionnés à 55 %. La livraison devrait intervenir avant l'été 2020.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur