En direct

Sous l’aile d’une Méca signée BIG et Freaks
Perspective du projet. - © BIG/Freaks Freearchitects

Sous l’aile d’une Méca signée BIG et Freaks

bertrand escolin |  le 29/06/2012  |  France entièreBIGGironde

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
BIG
Collectivités locales
Gironde
Valider

Aquitaine -

La région Aquitaine vient de dévoiler le projet de Maison de l’économie créative et de la culture en Aquitaine (Méca), qui réunit à Bordeaux deux agences culturelles - Ecla et Oara - et le Fonds régional d’art contemporain (Frac). « Six régions françaises sont lancées dans leur 2 e  génération de Frac. Il s’agit pour nous de la première opération d’envergure sur le secteur Euratlantique, un signal fort à la porte de Bordeaux, accessible à côté de la gare. Le choix architectural nous a séduits, et son prix - 52 millions d’euros -, est maîtrisé », précise Alain Rousset, président de région. Bjarke Ingels Group (BIG), le lauréat danois, attributaire du marché de maîtrise d’œuvre, associée à Freaks (Paris), propose de réunir les trois établissements dans un bâtiment unique.

Un passage naturel

« C’est un lieu que l’on traverse par une chambre urbaine, accessible par des rampes des deux côtés, un passage naturel du quartier Belcier (gare) vers le parc urbain et la Garonne », décrit Bjarke Ingels, fondateur de l’agence BIG. Proche des quais de la ville ancienne, la Méca se développe sur 10 400 m 2 dont la moitié pour le Frac, avec deux fois 500 m 2 d’exposition aux niveaux 4 et 5. La toiture-jardin permettra au Fonds régional d’art contemporain d’exposer des sculptures et offrira aux visiteurs une vue imprenable sur la ville. Les agences occuperont les deux socles de l’arche ouverte. L’Oara, lieu de production et de résidence de professionnels du spectacle vivant, possédera une salle de spectacle de 350 places. L’Ecla, centre de ressources des acteurs du livre, de l’audiovisuel, et de labels musicaux indépendants, bénéficiera quant à elle d’un cinéma auditorium de 80 places. La Méca utilise la pierre blonde d’Aquitaine, ajourée pour laisser entrer la lumière et illuminer le bâtiment la nuit. « Il fallait résoudre le paradoxe de créer un immeuble de 37 m de haut, très visible, et dont un tiers seulement de la surface est accessible au public », précise Bjarke Ingels. D’où l’architecture ouverte du bâtiment. Le hall d’accueil est commun aux trois établissements, avec un restaurant qui donne sur le fleuve. « On utilisera les terrasses pour des concerts ou des événements en plein air, et les façades pour des projections », prévoit l’architecte. Le coût de l’opération est de 52 000000 euros toutes dépenses confondues dont 27 840 000 euros de travaux. La région, maître d’ouvrage, apporte 48 millions d’euros, et le ministère la Culture 4 millions d’euros. La phase d’études de maîtrise d’œuvre (APS/APD/PRO/DCE) se déroulera jusqu’en février 2013. La consultation des entreprises est prévue au premier trimestre 2013, pour une livraison en mars 2015.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur