Industrie/Négoce

Soprema : du pétrolier à l’écosourcé

Mots clés : Démarche environnementale - Etanchéité

Le spécialiste de l’étanchéité et de l’isolation confirme et avance dans son engagement en faveur du développement durable. La proportion des matières premières bio-sourcées et/ou recyclées utilisées dans les processus de fabrication progresse.

Aux confins du pragmatisme économique et de la prise de conscience écologique, Soprema est depuis plusieurs années engagé dans un vaste projet de substitution progressive des matières premières pétrolières par des matières premières bio-sourcées et/ou recyclées.  « Chez Soprema, la prise de conscience de la nécessité de trouver des alternatives au pétrole en tant que matière première date de 2008 » affirme Pierre-Etienne Bindschedler, président de l’entreprise installée à Strasbourg et fondée en 1908. Une prise de conscience qui s’incarne aujourd’hui notamment dans Mutatio, un projet de recherche collaboratif lancé en 2010 et réunissant des partenaires publics et privés autour du développement de solutions répondant « aux enjeux environnementaux de demain ». Objectif pour Soprema dans le cadre du Mutatio : substituer 65% des matières premières issues du pétrole par des matières premières écosourcées (matières premières végétales ou ressources recyclées).

Aujourd’hui, soit 7 ans après la naissance du projet, force est de constater que Soprema est encore loin du compte. La proportion des matières premières biosourcées et/ou recyclées utilisées par l’industriel s’affiche à environ 20%, soit 18 000 tonnes en 2016. « Reste que la progression est exponentielle. A la naissance de Mutatio, la proportion était quasi nulle » souligne l’industriel.

Une progression de fait très prometteuse qui s’exprime d’ailleurs également en termes de publications scientifiques, de dépôts de brevets, et même d’innovations avec, par exemple, la production l’an dernier d’une première membrane d’étanchéité à base de polymères biosourcés (polyuréthane et polyamide).

« L’engagement de Soprema en faveur du biosourcé est fort et pérenne » insiste Pierre-Etienne Bindschedler en confirmant d’une part l’existence de projets de rapprochement entre l’industriel et plusieurs start-up, et d’autre part le lancement de nouveaux projets collaboratifs de R&D, dans la lignée de Mutatio. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X