En direct

SONDAGE EXCLUSIF IPSOS / LE MONITEUR - L'AVENIR

le 24/09/1999  |  AménagementEspaces vertsNégoceParisArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Espaces verts
Négoce
Paris
Architecture
Valider

Qu'attendez-vous en priorité de l'avenir pour votre cadre de vie ?

Pouvoir vivre en ville

En filigrane, les réponses des Français quand on les interroge sur l'avenir posent la question de la ville, bien au-delà de la construction et de l'aménagement. Une ville sans pollution, avec des espaces verts, y compris plus sûre pour une partie d'entre eux.

Les jeunes sont particulièrement sensibles à la création d'espaces verts. C'est même la première priorité pour les 25-34 ans (40 % le demandent). C'est également le souhait principal de 46 % des agriculteurs. Vivre dans la verdure n'empêche pas d'avoir un point de vue sur la ville.

En revanche, la réduction du déséquilibre entre banlieues et centre-ville ne concerne qu'une petite fraction des Français : 30 % des habitants de l'Ile-de-France la demandent, à égalité avec la réduction de la pollution et l'aménagement d'espaces verts, et 38 % des cadres supérieurs, également très concernés (à 43 %) par la pollution.

La balle est désormais dans le camp des responsables des villes, des promoteurs, des aménageurs. Les Français leur demandent une autre ville que celle qui se construit sous leurs yeux. Certes, des intentions sont inscrites dans les textes, exprimées dans les discours. Elles ne devraient pas suffire à répondre à la demande.

Résultat du sondage :

Une réduction de la pollution urbaine34 %

Des espaces verts à proximité des logements citadins29 %

Une réduction du déséquilibre entre banlieues et centre des villes20 %

Des logements mieux équipés contre l'insécurité20 %

Un désenclavement des campagnes isolées17 %

Des logements supplémentaires au centre des villes4 %

(deux réponses possibles)

SONDAGE EXCLUSIF IPSOS / LE MONITEUR - L'AVENIR - L'ANALYSE DE ROBERT ROCHEFORT

En négatif des demandes exprimées en réponse à cette question, la ville serait polluée, pas très verte, peu sûre. Il faut relativiser. Notamment, nous ne constatons pas, au Credoc, de rejet de la ville. Plutôt une peur de la trop grosse ville. La population plébiscite des villes de 200 000 habitants (ce sont les plus jeunes), ou bien des villes moyennes, de 70 000 à 100 000 habitants (plutôt les gens âgés). C'est la mégapole qui est rejetée, ce qui n'est pas contradictoire avec le sondage. Les peurs sont hypertrophiées dès qu'on évoque la gestion d'une méga-agglomération comme l'Ile-de-France. Désormais, les jeunes couples n'arrivent à Paris que contraints et forcés. Inversement, ils se précipitent en province dès que possible, vers la qualité de la vie, c'est-à-dire vers des villes de taille moyenne. Le recensement le confirme. On ne constate pas de retour au néo-rural d'ailleurs, le rural n'existe plus. C'est plutôt un compromis entre l'urbain et le périphérique qui est en cours.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur