Quartier

Solar Décathlon 2014 : Atlantic Challenge (Nantes) invente la « ville fertile »

Le concept d’une « ville fertile » est au coeur du projet de l’équipe nantaise Atlantic Challenge, qui relève un défi incorporer dans le cadre urbain une activité agricole, aux côtés du travail, des relations socioculturelles et des activités déjà existantes.

 

Le projet se concentre sur un bâtiment industriel ancien, appelé CAP 44, et son espace vert adjacent, la carrière de La Misère. Le célèbre ingénieur et constructeur en béton François Hennebique a construit cet édifice, en 1895, pour les Grands Moulins de Nantes. Le bâtiment a ensuite été affecté à une coopérative agricole au début du 20e siècle puis transformé en immeuble de bureaux dans la période d’après-guerre. Le projet vise à réhabiliter cet ensemble en mettant l’accent sur l’utilisation de l’espace et l’efficacité énergétique.

 

Une nouvelle jeunesse pour le CAP44

 

Le bâtiment CAP44 a été choisi pour son potentiel intéressant en matière de réhabilitation urbaine et architecturale. Situé entre la Carrière Miséry et la Loire, le CAP44 a connu plusieurs vies depuis sa construction en 1895. Une de ses particularités est qu’aujourd’hui sa structure est toujours la même que celle de la construction d’origine en 1895 : une structure en béton armé. La régularité de la structure Hennebique est un atout qui permet l’insertion de modules bois préfabriqués qui permet une rénovation énergétiquement performante. Ces modules optimisent les apports structurels et thermiques de la trame Hennebique existante.

 

 

Pour commencer, l’enveloppe existante (un bardage bleu) issue de la rénovation des années 70 est retirée pour mettre à nu la structure d’origine (schéma ci-dessus).

 

Pour pallier au manque de lumière naturelle, des failles longitudinales et latérales sont créées, apportant à la fois lumière et ouverture sur l’environnement urbain. Des extensions sont construites pour compenser les surfaces détruites. Dans le même esprit que la réalisation de le Corbusier, la Cité Radieuse, des modules 3D préfabriqués bois sont insérés dans la structure béton. Ces modules sont conçus de manière à être adaptés à la préfabrication en atelier et donc à une standardisation. (schéma ci-dessous)

 

 

Le principal intérêt de cette solution est sa flexibilité et sa réversibilité. En effet, les modules peuvent être retirés et remplacés. Ce procédé renforce et protège la structure, qui reste néanmoins visible depuis l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. L’isolation est faite selon la trame structurelle existante. Dans les étages supérieurs, des modules semi-3D préfabriqués viennent, par un système « plug and play », combler la façade. Ce système permet une mise en œuvre simple et rapide. Les loggias, intégrées à la façade Sud, jouent un rôle de régulateur thermique à l’intérieur du bâtiment. Enfin, un espace tampon est créé grâce à l’atrium central vitré.  (schéma ci-dessus)

 

 

Sur le même sujet

Nos vidéos et nos articles sur le Solar Décathlon Europe 2014

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X