En direct

Solaire thermique?: trois solutions  pour répondre à la RT 2012
Le système solaire combiné - © ©

Solaire thermique?: trois solutions pour répondre à la RT 2012

Mariane Tournier - Le Moniteur Entrepreneurs & Installateurs |  le 05/03/2013  |  Réglementation thermiqueEnergies renouvelablesEnergieImmobilierTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Innovation
Réglementation thermique
Energies renouvelables
Energie
Immobilier
Technique
Valider

Avec ses trois configurations types, le solaire thermique a toute sa place dans la nouvelle réglementation, quel que soit le niveau de gamme de la maison.

??Au moins 5?kWh par m2?: c’est ce qu’exige la nouvelle réglementation thermique en matière d’énergie renouvelable (EnR). Parmi les réponses possibles, le chauffe-eau solaire individuel (Cesi) désormais proposé en deux versions?: le Cesi dit «?optimisé?» et le Cesi traditionnel. Le premier, destiné aux maisons individuelles d’entrée de gamme, est composé d’un petit ballon et d’un capteur unique, associés à une chaudière à condensation simple service assurant l’appoint à la demande. Certes, la couverture solaire est inférieure à celle qu’offre le Cesi traditionnel, mais l’équipement est un bon compromis entre performances et confort. Et une réponse concurrentielle face au chauffe-eau thermodynamique qui, si l’on en croit l’étude Promotelec sur la construction des bâtiments BBC en 2011, a équipé 47,8?% des maisons individuelles, contre 25,3?% seulement pour le chauffe-eau solaire.


Toutefois, une question se pose?: que va devenir le Cesi traditionnel si 2?m2 de capteurs permettent d’assurer les 5?kWh réglementaires?? Pourquoi ferait-on plus, si l’on peut faire moins?? D’autant que le stockage de l’appoint de chaleur, qui engendre une augmentation des pertes thermiques, est pénalisé par
la RT?2012. La réponse tient en un seul mot?: confort. Si la maison du primo-accédant, qui doit passer du tout électrique à la RT 2012, se contentera d’une production d’ECS instantanée, il n’en va pas de même de la maison moyen ou haut de gamme, plus exigeante. Sans compter les futurs labels HTE (haute performance énergétique). «?De plus, soulignent les fabricants, il ne faut pas confondre calcul réglementaire et conception des installations.?» Ce qui semble pourtant être le cas. Car la tendance est bel et bien à la réduction des surfaces de capteurs et des volumes de stockage, y compris pour le chauffage solaire combiné, dont les versions «?optimisées?» ont fait leur apparition sur le marché. Une «?optimisation?» qui se traduit forcément par une baisse de la couverture solaire, inférieure à 15?%?: c’est peu pour convaincre.


Dans ce contexte, l’installateur doit jouer son rôle de spécialiste capable de dimensionner une installation et de prouver qu’un capteur supplémentaire et un stockage plus volumineux ne sont guère plus coûteux et nettement plus efficaces en terme de couverture solaire.

Les trois solutions

1 - Haut de gamme, le système solaire combiné

Le système solaire combiné
Le système solaire combiné - © ©

Pour qui?? Pour les maisons haut de gamme
Principe Le système, compact, intègre un ballon multivalent, de 220?à plus
de 500?litres, et une chaudière simple service. Raccordé à des capteurs solaires
(2?à 6?m2), il assure l’appoint de chauffage et la production d’eau chaude sanitaire

Avantages
• Couverture solaire importante
• Faible encombrement
• Grand confort pour l’ECS
• Possibilité de raccorder un autre générateur de chaleur externe

Inconvénients
• La régulation doit être parfaitement réglée
• Coût élevé, de l’ordre de 8?000?€?HT, capteurs compris (5?m2),
hors pose
• Problème de décharge durant l’été

2 - Moins cher, le Cesi optimisé

Le Cesi optimise
Le Cesi optimise - © ©

Pour qui?? Pour les maisons individuelles d’entrée de gamme
Principe Un capteur solaire thermique nourrit un ballon de stockage monovalent
(un seul échangeur) de moins de 200?litres, installé en préchauffage de l’eau froide.
Le complément de chauffe est assuré par une chaudière gaz ou fioul à condensation

Avantages
• Prix d’installation inférieur de 30?% à celui d’un Cesi classique
• Encombrement réduit?: ballon et chaudière peuvent être installés dans la cuisine, l’un au-dessus de l’autre
• Réduction des pertes thermiques?: on ne stocke pas l’appoint
de chaleur

Inconvénients
• Confort dégradé par rapport
à une solution d’ECS stockée,
à moins de prévoir une chaudière d’au moins 30?kW



3 - Eprouvé, le Ceci classique

Le Cesi classique
Le Cesi classique - © ©

Pour qui?? Pour les maisons individuelles moyen et haut de gamme
Principe Le ballon, de 200 à 300?litres, est réchauffé par les capteurs solaires
(4?m2 en moyenne), via le serpentin inférieur, tandis que l’appoint est réalisé
par la chaudière à condensation via le serpentin supérieur

Avantages
• ECS toujours disponible,
à débit élevé
• Taux de couverture plus important, mais variable selon les régions
et la surface de capteurs,
de 20 à 30?% (surface minimale)
à 50 à 65?% (surface maximale)
• Système complet et compact

Inconvénients
• Ballon maintenu en température, d’où des pertes de stockage et donc des points en moins dans les calculs RT?2012

«?Le calcul réglementaire ne sert qu’à vérifier?», André Joffre, président de Qualit'Enr Trois questions à André Joffre, président de Qualit’Enr

Que pensez-vous  de ce Cesi optimisé qui émerge avec la RT?2012??De mon point de vue, il reste préférable d’installer des Cesi classiques pour une couverture solaire de 100?% l’été. Toutefois, bien que minimaliste, le Cesi optimisé fonctionne, avec de bons rendements?: moins de m2 de capteurs, c’est plus de kWh récoltés au m2.

En maison individuelle, le minimum de 5?kWh/m2 d’EnR va-t-il devenir le maximum installé??On est en train de confondre calcul réglementaire et conception des installations. La boîte noire de la RT?2012 n’est pas destinée à concevoir, mais à vérifier ce qui a été conçu?! Or, les BET sont simplement missionnés pour valider, et les maîtres d’ouvrage choisissent souvent la technique la moins chère?! Il faut concevoir en fonction des besoins. Ce que les installateurs agréés Qualisol savent faire.

Est-ce normal que les solutions avec ballon de stockage soient défavorisées par la RT?2012 ?
Les problèmes ont été identifiés et des révisions demandées. Mais encore une fois, l’outil de calcul réglementaire n’est pas l’outil adéquat pour concevoir. Il faut partir des besoins…

Commentaires

Solaire thermique?: trois solutions pour répondre à la RT 2012

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur