Energie

Solaire thermique à concentration: les grands groupes français y croient

Mots clés : Energie renouvelable

Jeudi 5 juillet, la 2ème édition du « colloque solaire thermodynamique » a été l’occasion pour Areva et Alstom de montrer qu’ils misent sur le développement de cette énergie renouvelable.

De larges champs de miroirs au milieu d’une zone désertique, voilà à quoi ressemble un parc solaire thermodynamique. Le principe : concentrer le soleil, vers une cuve située au sommet d’une tour à plus de 100 m ou vers de longs tuyaux situés à quelques mètres de hauteur, de manière à produire de la vapeur, pouvant être utilisée en tant que telle, ou générant de l’électricité à travers des turbines.

La France qui dans  les années 80 faisait figure de précurseur en installant la tour solaire « Thémis » en Pyrénées-Orientales, semble retrouver de l’intérêt pour cette technologie.

Areva, qui de par ses activités traditionnelles a une grande expertise sur la production d’électricité à partir de vapeur, a décidé de miser sur le solaire thermique à concentration. Après avoir acquis la société australienne Ausra, le spécialiste du nucléaire développe désormais des projets solaires thermodynamiques à travers le monde dont deux parcs de 250 MW, un en Australie et un en Inde.
Autre mastodonte industriel français, Alstom s’est également mis au solaire thermodynamique en prenant des participations dans BrightSource. La société américaine construit actuellement, en bordure de LasVegas, Ivanpah, une des centrales solaires à tour les plus puissantes et, travaille sur un projet de plus de 100MW en Algérie.

SolarEuroMed, que son PDG présente comme le « Petit poucet » du secteur, compte bien également se faire un place au soleil. Après avoir construit une centrale de démonstration en Corse, SolarEuroMed compte se lancer à la conquête d’appels d’offres internationaux. Pour se donner les moyens de ses ambitions, la jeune PME s’est associée à Vinci.

Une énergie renouvelable stockable

Pour Cédric Philibert, senior analyst à l’agence internationale de l’Energie, les parcs solaires thermodynamiques offrent l’énorme avantage de permettre la maîtrise des horaires de production. Grâce à un stockage de la chaleur produite dans des sels fondus, il est possible de générer de l’électricité à retardement. De manière à épouser les pics de demande qui ne correspondent pas nécessairement aux heures d’ensoleillement. Mais, cet avantage concurrentiel majeur ne suffira à faire émerger cette technologie. Car, à ce jour, elle est, par rapport aux autres productions renouvelables, peu compétitive.

Avec moins de 10 GW, la puissance cumulée des parcs solaires thermodynamiques à travers le monde est plus de deux fois inférieure à celle du seul parc photovoltaïque allemand.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X