Energie

Smart city : comment Engie se positionne en fournisseur d’informations [CES 2018]

Pour la troisième année consécutive, Engie s’est offert un stand au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. Le groupe y expose des systèmes conçus par de jeunes pousses ainsi que des offres de son cru. Les technologies de l’information et la communication sont à l’honneur.

Parmi les entreprises françaises présentes au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, Engie fait maintenant figure d’habituée. Jusqu’au 12 janvier, son kiosque bleu accueille pour la troisième fois les visiteurs de l’Eureka Park. « Nous avons été tout d’abord visiteurs pendant plusieurs années, précise Stéphane Quéré, directeur de l’innovation du groupe. Cependant, posséder un emplacement a démultiplié notre capacité de veille, car nous accueillons de nombreux visiteurs. Cette affluence nous offre une grande visibilité. Après deux jours de salon, plusieurs délégations nous ont rendu visite et les différentes équipes me rapportent des contacts commerciaux sérieux. »

A l’image des précédentes éditions, l’énergéticien présente à la fois huit créations internes et quinze offres imaginées par de jeunes entreprises (lire encadré). « Notre secteur est en pleine transformation. Dans ce contexte, nous devons nous associer avec d’autres organismes pour innover, observe Stéphane Quéré. Accueillir des partenaires sur notre stand constitue une forme de soutien. Pour de jeunes entreprises, un accès au CES représente de multiples clients potentiels, dont certains dans des domaines inattendus. » Au sein de ce panel, seulement deux équipements rappellent les activités historiques de la firme : la société néerlandaise EVBox, rachetée par Engie en 2017, a installé un de ses modèles de borne de recharge pour les véhicules électriques. Un mètre plus loin, le constructeur belge Fairwind a dressé un modèle réduit de sa petite éolienne destinée aux exploitations agricoles et aux bâtiments tertiaires.

 

Un avenir informatisé

 

Le reste de la sélection matérialise les ambitions du géant : Engie souhaite fournir des outils d’information et de communication aux gestionnaires de patrimoine et aux pouvoirs publics. « La sujet de la “smart city” nous concerne au premier chef : les collectivités et les propriétaires de bâtiment restent des clients de première importance, analyse le directeur. Toutefois, nous n’exposons pas des idées, mais des offres disponibles et robustes. »

 

 

Ainsi sur le stand, un journaliste américain chausse des lunettes holographiques pour découvrir une maquette BIM d’une installation hydraulique, une modélisation informatique réalisée par une des divisions du groupe.

A ses côtés, Thierry Roussel, directeur d’Engie Pacifique Informatique, montre sur son téléphone portable l’application mobile Simply City. Ce logiciel agrège sur une carte de la ville de Nouméa des informations concernant les commerces, les institutions publiques et les évènements à venir. A sa droite, la délégation de Vinci entoure un écran où la start-up eLichens affiche en temps réel la qualité de l’air dans le centre de Paris. Les mesures proviennent de capteurs de sa fabrication. Dos à cet attroupement, les représentants de Vertuoz, filiale d’Engie, décrivent leur nouveau service de suivi d’occupation des locaux.

Ces choix ont de quoi surprendre dans un salon réputé pour ses produits destinés au grand public. Cependant pour Stéphane Quéré, ces considérations n’ont plus lieu d’être : « Avec l’apparition des objets connectés, les frontières entre les produits grand public et professionnels tendent à s’effacer. Le CES reflète ce phénomène : vous pourrez toujours assister à la présentation du dernier téléphone portable. Mais maintenant, vous pouvez aussi visiter des espaces dédiés à la ville connectée ou l’intelligence artificielle. »

 

Focus

La composition du stand d'Engie

Parmi les quatorze entreprises présentes sur le stand, sept travaillent directement avec Engie : eLichens, Fairwind, Jobbers, Living Map, Voltaware, Wenu Work, et Wi6labs.

Les autres jeunes sociétés sont accompagnées par une entreprise ou un incubateur partenaire : Crownstone (soutenu par l’incubateur Rockstart) ; Driving Data Intelligent et Steering AI (soutenus par Michelin), Gyrolift (soutenu par X-Ecole Polytechnique), Security Scorecard et Tanker (soutenus par AXA Strategic Ventures), Supersola (soutenu par Yes !Delft).

Engie expose également huit de ses offres : 5O five, Accent, BIM Solutions, EVBox, Please, Powerzee, Simply City, Vertuoz.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X