En direct

Sinistralité dans le BTP : des évolutions contrastées
* Nombre d’accidents reconnus pour 1 000 salariés. - ©

Sinistralité dans le BTP : des évolutions contrastées

Caroline Gitton |  le 07/12/2018  |  Accidents du travailMaladies professionnellesSinistralité

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Accidents du travail
Vie du BTP
Maladies professionnelles
Sinistralité
Valider

Si le nombre d'accidents du travail a poursuivi sa baisse entre 2016 et 2017, les décès et les maladies professionnelles accusent une hausse.

 

Pas à pas, la profession du BTP continue à faire reculer les accidents du travail (AT). D'après le rapport 2017 sur les chiffres de la santé au travail dévoilés courant novembre par l'Assurance maladie-risques professionnels (ex-Cnam-TS), la fréquence de ces sinistres a diminué de 3 % en un an dans le secteur. Elle s'établit ainsi à 56,8 AT pour 1 000 salariés, contre 60 en 2016. Le nombre d'AT, lui, a chuté de 1,6 % alors que, dans le même temps, les effectifs salariés dans la construction ont augmenté de 1,5 %.

Mais le rapport contient aussi son lot de mauvaises nouvelles. Ainsi, le nombre d'accidents mortels en 2017 enregistre une hausse de 7,1 % par rapport à l'année précédente. Quelque 120 salariés ont perdu la vie sur un chantier l'an passé. « Les décès, chargés d'investissement émotionnel, sont toujours préoccupants en eux-mêmes, mais la hausse ou la baisse de la mortalité ne sont, à elles seules, pas représentatives d'une dégradation de la sinistralité », analyse Philippe Bourges, ingénieur-conseil à l'Assurance maladie-risques professionnels.

Les intérimaires très exposés. Il n'empêche. Depuis le début de l'année, Michel Ledoux, avocat chez Ledoux & Associés, cabinet spécialisé en santé et sécurité au travail, voit arriver chaque mois un dossier qui concerne l'accident mortel d'un salarié du BTP : « Les chiffres consolidés pour 2018 risquent d'exploser, en particulier s'agissant des salariés intérimaires. Souvent mal formés ou peu expérimentés, ces derniers sont concernés dans 70 % des cas. Cette période de redécollage de l'activité et de pénurie de compétences appelle donc à une vigilance accrue. » L'Assurance maladie-risques professionnels, le ministère du Travail et l'Organisme professionnel de prévention du secteur (OPPBTP) ont lancé une campagne commune contre les chutes de hauteur, responsables de 17 % des AT. Dans ce cadre, un site web dédié (1) propose des conseils de prévention aux employeurs.

L'année 2017 marque aussi une progression de 3,5 % des maladies professionnelles (MP). « Loin d'être anodine, cette hausse survient après deux années de baisse, qui avaient apporté un semblant d'espoir », déplore Philippe Bourges. « Mais ce chiffre peut refléter, pour partie, le fait que les déclarations de MP progressent à la faveur d'un changement de mentalités, nuance Vincent Giraudeaux, directeur général d'Yseis, entreprise spécialisée dans la prévention des risques. Il y a vingt ans, un salarié pouvait être pris de scrupules à admettre qu'il souffrait du dos. »

Risque chimique. En outre, 37 salariés du BTP sont décédés des suites d'une pathologie contractée dans le cadre du travail en 2017 (+ 54,2 %). « Ces sinistres relèvent sans doute, en grande partie, de l'exposition aux agents chimiques, avance Jean-Marc Candille, secrétaire national à la CFDT Construction. A ce titre, nous appelons les entreprises à se saisir des préconisations du rapport Frimat. » Remis au gouvernement l'été dernier, ce document recommande de renforcer les obligations des employeurs en matière de suivi des personnes exposées au risque chimique.

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent quant à eux plus de 80 % des MP. L'assurance maladie-risques professionnels, qui mène une campagne contre les lombalgies, a mis à disposition des employeurs sur Internet (2) des fiches d'information sur la prévention de cette affection dans la construction. « On ne lutte pas contre les TMS d'un claquement de doigts, reprend Philippe Bourges. Les entreprises doivent œuvrer à la formation et mettre à niveau les équipements. »

PHOTO - 16010_962306_k3_k1_2236683.jpg
Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent plus de 80 % des maladies professionnelles. - ©

(1) www.chutesdehauteur.com (2) www.ameli.fr/entreprise

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur