En direct

Simplifier les exigences de la RT 2012, oui mais dans le bon sens !
André Pouget, à la tête du bureau d'études thermiques Pouget Consultants - © © Pouget Consultants

Simplifier les exigences de la RT 2012, oui mais dans le bon sens !

André Pouget, Pouget Consultants |  le 02/06/2014  |  EnergieImmobilierRéglementationNormesTechnique

Point de vue -

Le groupe de travail 1 «Simplifier la réglementation et l’élaboration des normes de construction et de rénovation » de la démarche « Objectifs 500 000 » propose de supprimer l'exigence sur le coefficient linéique des ponts thermiques à la jonction plancher intermédiaire/ mur extérieur pour des immeubles collectifs. Cette « simplification » serait un retour en arrière selon André Pouget, à la tête du bureau d’études thermiques du même nom et bien connu dans le monde du bâtiment. Et vous qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à commenter cet article.

Parmi les avancées liées à la RT2012, il est une mesure relativement discrète et pourtant  particulièrement efficace qui change radicalement la production des bâtiments neufs et inverse une tendance de plusieurs décennies. Cette mesure particulièrement simple, pragmatique, aussi facile à prescrire qu’à contrôler figure dans l’article 19 de l’arrêté du 26 octobre 2011 : « le coefficient de transmission thermique linéique moyen des liaisons entre les planchers intermédiaires et les murs donnant sur l’extérieur ou un local non chauffé, ?9, n’excède pas 0,6 W/(ml.K) ». D’où l’obligation de traiter les ponts thermiques. Une première dans une réglementation thermique, la RT,2012 vise à améliorer la qualité d’un bâti au-delà du niveau des prestations d’isolation thermique. En plus de la limitation des besoins BBio max, modalité pas toujours opérante, cette nouvelle exigence complémentaire intervient sur  la définition intrinsèque des enveloppes, des façades et ceci sans imposer une mode constructif plutôt qu’un autre.

Déjà en avril 1972, Maurice Croiset du  CSTB prévenait : « ... il est nécessaire de renforcer l’isolation et bien souvent on ne pourra le faire qu’en corrigeant les ponts thermiques, faute de quoi il serait illusoire d’augmenter l’épaisseur des isolants ... »! Vain avertissement, car depuis 40 ans et malgré la succession de réglementations thermiques, peu de progrès significatifs ont été réalisés... Jusqu’à la RT 2012 et son article 19, où ce sage conseil du CSTB a enfin été pris en compte.

Or, suite aux travaux menés par le groupe 1 de la démarche « Objectifs 500 000 » sur la simplification des normes de construction, il est envisagé de faire  « remonter » le coefficient linéique des ponts thermiques à la jonction plancher intermédiaire/ mur extérieur de 0,6 à 1 pour des immeubles collectifs.
Supprimer cette exigence serait évidemment un retour en arrière, pas uniquement en termes de performance mais aussi pour la pathologie des constructions et ses répercussions sur la qualité de l’air intérieur et la santé des occupants !


Thermographie de ponts thermiques sur jonction plancher/façade
Thermographie de ponts thermiques sur jonction plancher/façade

Une dégradation importante de la qualité difficilement rattrapable

A isolation thermique équivalente en partie courante, les déperditions globales de la façade peuvent varier de façon sensible selon le mode constructif et/ou le traitement du pont thermique du plancher intermédiaire avec le mur. Ainsi, dans le cas de l’ITI (isolation thermique par l’intérieur), on constate en moyenne, deux fois plus de déperditions pour une façade aux ponts thermiques non traités par rapport à celles aux ponts thermiques traités (1), ceci à isolation équivalente en partie courante ! Pire, ce résultat décevant, ce « point faible » durera toute la vie du bâtiment, autrement dit, nos enfants devront consacrer du temps, des euros, de l’énergie pour les mettre à niveau pour respecter les exigences du Facteur 4 !

Des risques aussi sur la santé pour les occupants

Au-delà des considérations de maîtrise d’énergie, ô combien louables certes, l’amélioration de la qualité du bâti a des répercussions directes sur la pathologie des constructions. Les ponts thermiques non traités (points froids) sont tristement connus pour la question des condensations de vapeur d’eau.

Pour mieux appréhender le risque encouru, nous avons réalisé une étude des températures de surface de parois au droit d’un plancher intermédiaire et façade isolée par l’intérieur. Ces calculs concernent quatre solutions (1) de traitement rencontrées actuellement représentatives en ITI et, en parallèle, le cas de l’ITI sans traitement particulier. Si la température est en dessous de 12.6°C, il y a risque de développement de moisissures avec ces effets indésirables, en dessus les risques sont écartés.
Résultats : en moyenne avec les 4 solutions « pont thermique traité » la température est de 14/15°, donc pas de risque, alors que si le pont thermique n’est pas traité, la température superficielle est environ de 8°C, donc risques !

Les phénomènes de moisissures ont des répercussions sur la santé, augmentation de la sensibilité aux infections à des maladies beaucoup plus graves. D’après les spécialistes du sujet, l’inhalation de spores entraîne des pathologies comme rhinite, bronchite allergique, asthme... Eviter les « ponts froids » dans nos logements concerne directement la question importante de la qualité de l’air intérieur, de la qualité sanitaire à l’usage de ces constructions.

Un levier pour dynamiser l’innovation et une offre variée

 

Depuis sa parution et même avant pour certains, cette nouvelle exigence (art. 19) de la RT 2012 a particulièrement dynamisé l’offre des solutions de traitement comme des familles constructives. La profession du bâtiment est montée en compétence, elle a  investi, innové et apporte de nouvelles réponses pour construire toujours plus performant, plus durable. Pour nous prescripteurs, cette exigence très structurante nous facilite grandement la tâche pour concevoir performant et durable !  Rapidement résumée, cette offre très variée se présente selon quatre principales familles: l’ITI Isolation Thermique par l’Intérieur, ou l’ITR répartie, ou l’ITE par l’extérieur ou enfin les systèmes constructifs à ossature « voie sèche ». Chacune de ces quatre familles compte de nombreuses variantes et combinaisons, sans oublier tous les systèmes spécifiques sous avis techniques et autres solutions émergentes prometteuses.

Avancer dans le bon sens des bâtiments responsables

A l’heure où s’échafaudent les principes du futur label environnemental et dans le contexte des réflexions sur les Bâtiments Responsables, l’abandon de cette mesure semblerait anachronique, ubuesque, pour sûr irresponsable. Les exigences « thermiques » RT mutent inévitablement vers des considérations environnementales RE ( ?), selon une approche globale, transversale pour des bâtiments responsables, avec de nécessaires « garde-fous » sur la qualité de l’air, le confort, la santé des occupants... Depuis plus de trente ans, des architectes, industriels, bureaux d’études se sont activés pour un bâti de qualité, garant de la pérennité et salubrité du bâtiment et donc pour la santé des occupants. Il nous semblait primordial de formuler cet avis en forme de conseil, d’écrire cette  position sûrement largement partagée pour avancer ensemble dans le bon sens.

(1) solutions par planelles et maçonneries isolantes ou rupteurs thermiques ou béton isolant, cas de l’ITI (déperditions globales = partie courante et liaison plancher intermédiaire/façade, hors baies).

Commentaires

Simplifier les exigences de la RT 2012, oui mais dans le bon sens !

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur