En direct

« Simplifier la vie des entreprises »

 Propos recueillis par Nathalie Moutarde |  le 17/01/2014  |  Collectivités localesSeine-et-Marne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Seine-et-Marne
Valider
SEINE-ET-MARNE -

A la tête du BTP 77 depuis septembre 2013, Thierry Fromentin fait le point sur la conjoncture et commente les récentes décisions gouvernementales.

Comment 2014 s’annonce- t-elle pour le bâtiment seine-et-marnais ?

Je ne sais pas ce qui va se passer car nous manquons de visibilité. Plus la crise dure, plus la situation devient difficile et nous ne voyons toujours pas le bout du tunnel. Les trésoreries d’entreprises se dégradent, les fonds propres s’amenuisent. Le climat est morose et les élections municipales ajoutent à la difficulté. Mais il faut nuancer un peu ce constat : certaines activités tirent mieux leur épingle du jeu comme les métiers du bois et, en 2014, les projections pour le logement social sont plutôt favorables.

Que pensez-vous des décisions du gouvernement sur les taux de TVA ?

D’un côté, on regrette le passage du taux de 7 à 10 % sur les travaux d’entretien-amélioration et, de l’autre, on se félicite du taux réduit à 5,5 % sur les travaux de rénovation énergétique et ceux « indissociablement liés ». Mais les modalités pratiques d’application nous inquiètent. Forcément, nous allons commettre des erreurs et celles-ci vont engendrer des problèmes. Au lieu de nous simplifier la vie en instaurant un taux réduit de TVA pour tous les travaux de rénovation des logements, on la complexifie alors que nous avons déjà suffisamment à faire pour remplir nos carnets de commandes.

Et quelle est votre position sur le compte pénibilité ?

Qu’est-ce qui est pénible aujourd’hui : avoir un emploi ou ne pas en avoir ? C’est un très mauvais message envoyé par le gouvernement en direction des jeunes et de leurs parents, alors que l’image du bâtiment avait basculé positivement. Ensuite, la création de ce compte pénibilité va consister à tenir une fiche individuelle salarié par salarié. Non seulement, on va accroître la charge des petites et moyennes structures, à qui on demande déjà beaucoup sur le plan réglementaire, mais on risque aussi de stigmatiser certains métiers du bâtiment.

Quelles sont les grandes priorités de votre mandat ?

L’une d’elles concerne l’apprentissage. Les effectifs des deux CFA de Seine-et-Marne, Nangis et Ocquerre, ont chuté de 14 % en moyenne. Cette baisse résulte pour partie de la conjoncture qui conduit les entreprises à embaucher moins d’apprentis qu’auparavant. Nous devons les convaincre de ne pas arrêter l’effort dans ce domaine. Les jeunes sont victimes de cette situation, et les entreprises risquent aussi d’en subir les conséquences car la relève ne sera pas assurée. Dans le même temps, nous innovons. En partenariat avec le Centre scientifique et technique du bâtiment et l’institut universitaire de technologie de Marne-la-Vallée, nous venons de lancer un nouveau diplôme universitaire de compagnon bâtiment durable. La formation, d’une durée de sept mois, s’adresse aux jeunes titulaires d’un bac pro ou d’un brevet professionnel.

PHOTO - 770168.BR.jpg
PHOTO - 770168.BR.jpg - © yann piriou/btp 77

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur