En direct

Evénement

Sic transit gloria mundi *

Jacques-Franck Degioanni, |  le 16/02/2018  |  Paris

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
Valider
Coup de griffe -

C'était il y a dix ans. Avec une poignée d'autres journalistes, nous nous rendions le cœur joyeux à l'inauguration du C42, sur les Champs-Elysées, à Paris. Le magnifique vaisseau de verre blanc et rouge, dessiné par l'architecte Manuelle Gautrand pour Citroën, rutilait de tous ses feux. Le champagne coulait, les discours se succédaient, les yeux brillaient. La vénérable marque aux chevrons faisait le show.

Dix ans et dix millions de visiteurs plus tard, les lumières ont brusquement pâli sur « la plus belle avenue du monde ». Le 31 décembre, le C42 fermait ses portes. Il est désormais « vide, sombre, inhabité », et pas même entretenu… « Peu d'architectes voient un de leurs bâtiments remis en cause à peine dix ans après son ouverture », déplore Manuelle Gautrand dans un communiqué.

Le capitalisme a ses raisons que l'architecte ignore, lui qui construit à grand-peine - et pour un temps qu'il croit long - des bâtiments qu'il imagine naïvement devoir lui survivre. « Qu'il soit démoli serait un crève-cœur pour moi, et sa dénaturation serait cruelle. Que le bâtiment soit transformé au mépris de tout respect du droit d'auteur, que son atrium soit comblé (pression foncière oblige… ), qu'il soit cloisonné et défiguré, cela serait une erreur et même une trahison. » Le capitalisme contemporain, encore lui, dévore ses enfants pour tenter de se survivre dans une éperdue fuite en avant : cinq ans à peine après son inauguration, le C42 - dont le terrain avait été acquis en 1927 par André Citroën - était déjà revendu pour compenser les résultats désastreux d'une année sombre. Quand on commence à vendre les bijoux de famille…

Adieu origami de verre, adieu « arbre à voitures » où les plus beaux modèles de la marque, disposés sur des tournettes, étincelaient comme au musée sous d'étonnants plafonds kaléidoscopiques.

Les œuvres de l'architecture, tout comme les civilisations, sont mortelles.

* Ainsi passe la gloire du monde.

PHOTO - 11405_705464_k2_k1_1682628.jpg
PHOTO - 11405_705464_k2_k1_1682628.jpg - © BRUNO LEVY / LE MONITEUR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur