En direct

Si l’architecture m’était contée 4/5: Blanche-Neige était trop grande pour la colocation
Cette image d’archives est pour le moins mensongère : Blanche-Neige ne tenait pas debout dans la maison des sept nains. - © © Collection Kharbine Tapabor Collection Kharbine-Tapabor

Si l’architecture m’était contée 4/5: Blanche-Neige était trop grande pour la colocation

Marie-Douce Albert |  le 03/01/2018  |  ProfessionArchitectureTechniqueBâtiment

A l’issue d’une enquête qui n’a été ni longue ni minutieuse, la rédaction du « Moniteur » est en mesure de révéler combien les contes de fées et autres récits du même acabit véhiculent de fariboles sur l’art de bâtir. Le château enchanteur ou la cabane en sucreries, tous jolis, tous séduisants, voilà qui est à peu près aussi crédible que l’existence du père Noël. Aujourd’hui, le mythe de la charmante chaumière des sept nains en prend un coup. La maison était surtout trop petite pour permettre une cohabitation apaisée.

Si, au XIXe siècle, les frères Grimm avaient consigné le conte de Blanche-Neige par écrit avec un peu plus de rigueur, on saurait aujourd’hui combien les sept nains ont été soulagés lorsque la donzelle a quitté leur domicile pour suivre le Prince. Les gnomes adoraient sûrement leur grande amie, mais combien de liens profonds n’ont pas résisté aux contraintes de la colocation, surtout quand le logement n’assure pas confort et intimité à tous ses occupants ? D’autant que la bande des sept n’avait jamais pris les dispositions nécessaires pour passer à huit.

En effet les « petits nains » (oui, c’est un pléonasme, mais une citation littéraire également, puisque les frères Grimm l’écrivent de la sorte) avaient retrouvé la jeune fille chez eux, un soir qu’ils rentraient de la mine. La demoiselle était en détresse et ils ne pouvaient décemment la mettre à la porte alors qu’elle fuyait sa sanguinaire marâtre. Toutefois, ils y trouvèrent bien leur compte puisqu’ils lui proposèrent ce « deal » : « Tu ferais la cuisine, les lits, la lessive, la couture, le tricot, et si tu tiens tout bien propre et bien en ordre, nous pourrions te garder avec nous et tu ne manquerais de rien. » Bref, on peut être généreux et accueillant sans être très en avance sur les questions de l’égalité des sexes et de la juste répartition des tâches domestiques.

Entre dialogue improductif...

Mais s’est surtout posé le problème de l’exiguïté de la chaumière. Les Grimm qui appréciaient apparemment les redondances témoignèrent que « tout était petit dans cette maison en miniature ». Bien sûr, les nains s’étaient trouvé logis à leurs dimensions et on sait la nécessité impérieuse d’adapter des logements aux besoins des personnes en situation de handicap. De ce point de vue, l’architecte qui leur avait construit la bicoque s’était acquitté de sa mission. En revanche, les sept maîtres d’ouvrage et leur maître d’œuvre, malgré de longs palabres, ne sont jamais parvenus à se mettre d’accord sur la capacité d’évolution future du bâtiment.

L’architecte avait pourtant insisté sur la nécessité de préparer l’avenir et d’envisager, en particulier, l’agrandissement de la cellule familiale. Il leur avait donc présenté les plans d’un habitat adaptable à toutes les situations, un volume capable, où les points porteurs étaient limités au maximum. Ses planchers intermédiaires comme ses cloisons en étaient démontables et une pièce supplémentaire pouvait même être rajoutée à peu de frais à la place du carré de choux du potager.

... et manque d'ambition

Hélas, les nains n’avaient pas des ambitions très hautes et la proposition leur parût trop avant-gardiste. D’un autre côté, il faut reconnaître que, deux siècles plus tard, on n’en est encore qu’aux balbutiements de l’habitat évolutif. La suite n’est pas difficile à imaginer. Il devint bientôt invivable de cohabiter avec cette princesse qui s’assommait dans les plafonds et envahissait leur espace vital. Elle-même présentait tous les symptômes d’une grave scoliose au moment où elle avala la pomme empoisonnée. L’ambiance se dégradait, prouvant bien que les bons logis font les bons amis. Bien davantage que les bons (ou les très mauvais) contes…

A suivre : la Barbe bleue

Commentaires

Si l’architecture m’était contée 4/5: Blanche-Neige était trop grande pour la colocation

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX