En direct

Setec et Freyssinet dans la grande aventure du métro de Riyad
King Abdullah financial district metro station - © © ZHA

Setec et Freyssinet dans la grande aventure du métro de Riyad

le 30/07/2013  |  EtatTransportsInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Etat
Transports
International
Valider

La construction du futur métro de Riyad en Arabie Saoudite a été attribuée par l’autorité de développement de Ryad à trois consortiums. Parmi eux, le consortium Fast mené par l’espagnol FCC qui regroupe notamment Alstom, Setec et Freyssinet. Des entreprises françaises qui vont participer à l’un des plus importants projets au monde, ce dont s’est félicité Nicole Bricq, ministre du Commerce Extérieur.

6 lignes de métro, 176 kilomètres, 85 gares…pour un investissement de 22,5 milliards de dollars. C’est le profil du futur métro de Riyad. L’attribution du chantier, annoncée par les autorités saoudiennes le  29 juillet, est confiée à trois consortiums:


- Le consortium FAST, mené par le groupe de BTP espagnol FCC regroupe l’équipementier ferroviaire Alstom, mais aussi l’ingénieriste français Setec. Il livrera trois lignes de métro, soit 72,5 kilomètres pour un montant de 7,8 milliards de dollars.
- Le consortium BACS piloté par l’ingénieriste américain Bechtel et comprenant l’équipementier ferroviaire allemand Siemens sera chargé de la construction de deux lignes de métro, soit 63,3 kilomètres pour un investissement de 9,5 milliards de dollars. A l’origine, ce consortium était piloté par Vinci. Selon les Echos du 30 juillet, «le groupe de BTP français qui a fait entrer l’américain  dans le consortium, lui a finalement laissé la place de leader ».
- Le consortium ANM, piloté par l’équipementier ferroviaire italien Ansaldo, comprend le canadien Bombardier (il faisait partie d’un quatrième consortium, éliminé en juin dernier). Il livrera la dernière ligne, soit 40,7 kilomètres pour un montant de 5,2 milliards de dollars.

Le projet de métro doit permettre de décongestionner Ryad et sa banlieue. Il desservira tous les bâtiments gouvernementaux, les grands centres commerciaux, les équipements de santé et les universités de Ryad et des environs.

A noter que les ingénieurs d'Egis Rail avaient participé à la mise au point du projet. Au global, 35 kilomètres de tunnel bitube sont à percer auquels s'ajoutent presque 14 kilomètres en tranchée couverte. La construction débutera au premier trimestre 2014.

Commentaires

Setec et Freyssinet dans la grande aventure du métro de Riyad

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur