En direct

Serpollet, l'art de cultiver l'esprit d'équipe
« Protéger et faire grandir nos salariés est imprimé dans notre ADN », selon Sébastien Bonnet (à g.), P-DG. Ici avec Thierry Lirola, directeur général. - © GUILLAUME ATGER / LE MONITEUR

Serpollet, l'art de cultiver l'esprit d'équipe

EMMANUELLE N'HAUX |  le 21/12/2018  |  EnergieRhônePalmarèsPMC2018

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Rhône
Travaux publics
Palmarès
PMC2018
Valider

Grand Prix -

Pour grandir, l'entreprise de travaux publics mise sur une organisation au cordeau et sur la compétence de ses salariés.

 

C'est une entreprise centenaire qui décroche cette année la palme. Serpollet, entité du groupe régional indépendant Serfim, œuvre dans les domaines des réseaux de transport et de distribution d'énergie ainsi que dans l'aménagement de la ville (éclairage, signalisation). Son rayon d'action est concentré à 80 % en Auvergne-Rhône-Alpes. On lui doit entre autres l'éclairage du stade de l'Olympique lyonnais à Décines et la liaison souterraine très haute tension entre la France et l'Italie conduite par RTE, dont la livraison est prévue l'an prochain.

Pour Sébastien Bonnet, P-DG de l'entreprise, la clé de la réussite repose sur deux piliers : les hommes et la qualité des prestations. Lui-même dit ne jamais prendre de décision sans consulter son directeur général, Thierry Lirola. « Protéger et faire grandir nos salariés est imprimé dans notre ADN », souligne-t-il. Fort d'un bureau d'études d'une vingtaine de collaborateurs, d'un parc matériel de 200 véhicules et engins ainsi que d'un personnel de production qualifié, Serpollet ne fait que peu appel à la sous-traitance, maîtrisant ainsi sa production. Des chantiers bien organisés, associés à une optimisation des frais généraux et des charges externes lui permettent de maintenir au fil des années un très bon niveau de rentabilité.

Et les fruits de cette croissance sont largement redistribués. « Outre la participation, nous avons adopté un système d'intéressement assorti d'un système de bonus/malus tenant compte des accidents du travail avec arrêt, de ceux de la circulation responsable ou encore des arrachages de réseau. La modulation peut varier de + 30 à -30 % », détaille Sébastien Bonnet. Sans compter les primes versées qui représentent plus de 25 % du résultat net.

L'alternance, mine de recrutement. Avec un budget formation qui représente 6 % de la masse salariale, la montée en compétences des équipes n'est pas un vain mot. « Nous formons notre encadrement via l'académie Serfim montée en partenariat avec l'Ecole de management de Lyon », indique Sébastien Bonnet. Et avec 7,5 % de son effectif en apprentissage ou en contrat de professionnalisation, du CAP jusqu'au niveau ingénieur, Serpollet s'est forgé son premier vivier de recrutement. « Les deux tiers de nos alternants sont embauchés en CDI », illustre-t-il. Près de la moitié des encadrants de l'entreprise est issue de cette filière.

Installée dans de nouveaux bureaux depuis 2016, l'entreprise a reconverti ses anciens locaux en 16 appartements, du studio au T3, qu'elle met à disposition de ses salariés en difficulté, à des conditions très avantageuses, le temps qu'ils se requinquent. Une initiative conforme à leur ADN.

  • Vénissieux (69)
  • 325 salariés
  • 65 M€ de CA

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur