En direct

Série des Grands chantiers (6/7) : la Canopée des Halles a revêtu son voile de verre ajouré

Marie-Douce Albert |  le 20/08/2014  |  TransportTechniqueParisFrance entièreSecond œuvre

Au centre de Paris, le nouveau bâtiment qui coiffe le forum et la gare souterraine des Halles doit être achevé dans un an. Le projet a déjà pris tournure avec la pose définitive de sa toiture de verre en mai. La Canopée des Halles est l'un des ouvrages exceptionnels que Le Moniteur vous emmène visiter cet été.

Ses 18 000 panneaux de verre ont été fixés et, depuis mai, sa structure repose sur ses appuis définitifs. Le grand ouvrage d’art qui constitue la couverture de la Canopée des Halles est en place alors que l’ensemble du bâtiment en construction au-dessus du forum et de la gare souterraine de la RATP devrait être livré à la mi-2015.

Suivront ensuite l’achèvement du pôle de transports en 2016 et la dernière phase de réalisation du jardin. En 2018, après les dernières finitions, le grand chantier du cœur de Paris pourra être considéré comme terminé à l’issue de sept ans de travaux et un peu plus de dix ans après que l’agence d’architecture Patrick Berger et Jacques Anziutti a remporté le concours international organisé par la Ville de Paris, en 2007.


Chiffres clés

802 millions d’euros HT : coût de l’ensemble de l’opération, pôle de transports compris (valeur janvier 2009).
216 millions d’euros HT : coût du bâtiment de la Canopée (valeur janvier 2009).
Mi-2015 : achèvement de la Canopée.
2018 : achèvement de l’ensemble du chantier des Halles.
21 600 m² : surface Shon de la Canopée.
13 500 m² : surface des programmes dont conservatoire (2 600 m²), bibliothèque (1 050 m²), centre hip-hop (1 400 m²) et commerces (6 300 m²).

Le projet des architectes est un ensemble de trois éléments : deux bâtiments indépendants, qui accueilleront les équipements et les commerces, reliés par une toiture spectaculaire. Les quinze ventelles métalliques torses qui la composent, arrimées à une gigantesque poutre en lyre, forment ainsi des sheds dansants. Ils sont couverts par un verre fabriqué spécifiquement pour l’ouvrage et dont la teinte variant entre le sable et les blés crée « une ambiance lumineuse diffuse, un peu douce », selon l’architecte Patrick Berger qui a dessiné la Canopée.


A 14,5 m de hauteur, la couverture de verre de la Canopée déferlera comme une vague au-dessus du jardin des Halles. La portée libre passe en effet de 25 m à l’est du bâtiment à 90 m à l’ouest.
A 14,5 m de hauteur, la couverture de verre de la Canopée déferlera comme une vague au-dessus du jardin des Halles. La portée libre passe en effet de 25 m à l’est du bâtiment à 90 m à l’ouest.

Poids de la structure

Alors que de nombreuses critiques avaient été formulées sur l’épaisseur de la charpente en acier des bâtiments, cette toiture ajourée semble désormais alléger l’édifice. « Ce qui compte, c’est la relation des éléments les uns par rapport aux autres », souligne Patrick Berger qui rappelle les raisons des choix structurels.


Pour épouser les ondulations des ventelles, la verrière se décompose en 18 000 pièces de verre plat.
Pour épouser les ondulations des ventelles, la verrière se décompose en 18 000 pièces de verre plat.


La Canopée, posée au-dessus d’un établissement recevant du public en fonctionnement, « devait utiliser l’infrastructure en place », explique-t-il notamment. Les portiques de la nouvelle construction reposent donc sur 72 des poteaux de béton du bâtiment souterrain, dont 17 ont été renforcés. Directeur de projet en charge de l’opération chez Ingérop, Adrien Le Bret renchérit : « La trame existante est orthogonale alors que les portiques de la Canopée sont disposés en diagonale. La portée entre deux poteaux étant allongée, ceux-ci sont d’autant plus sollicités. »

De son côté, Xavier Gruson, directeur de projet pour le groupement d’entreprises dont Chantiers Modernes Construction est mandataire, ajoute que l’ossature portera des salles, celles en particulier du conservatoire, dont « les caractéristiques acoustiques et vibratoires sont lourdes ». Sans oublier, enfin, que cette structure soutient la toiture. « Et si, de par la conception de l’ouvrage, le renvoi des efforts horizontaux est limité, constate Adrien Le Bret, il faut quand même supporter les charges verticales. » Nécessité a fait poids.

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Ville de Paris. Mandataire du maître d’ouvrage : SemPariSeine. Maître d’œuvre : Patrick Berger & Jacques Anziutti Architectes. Ingénierie : Ingérop. Conseil HQE : Base Consultants. Enveloppe et façades : Arcora. Enveloppe : Emmer Pfenninger. Acoustique : ACV. Eclairage : Ingélux. Scénographie équipements : Changement à vue. Conseil sécurité incendie : Vulcanéo. Fontainier : JML. Entreprise générale : Groupement Chantiers Modernes Construction (mandataire), GTM TP IDF, Sogea TPI, sociétés du groupe Vinci Construction France. Principal sous-traitant : groupement conduit par Castel & Fromaget (groupe Fayat), charpentes métalliques et couverture verre.

Commentaires

Série des Grands chantiers (6/7) : la Canopée des Halles a revêtu son voile de verre ajouré

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX