Seri détourne les bancs publics. Fut’urbain 5/6
Eric Lenoir, directeur général de Seri, souligne "la méthode et la fraîcheur" de la démarche Fut'urbain - © laurent miguet

Seri détourne les bancs publics. Fut’urbain 5/6

le 20/05/2019  |  Mobilier urbainDesignnantes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Mobilier urbain
Design
nantes
Valider

Seri suit la piste du détournement d’objets, parmi les six industriels de l’ameublement urbain qui relèvent le défi de l’innovation par l’usage. Coordonnés par l’Institut technologique FCBA avec l'appui du syndicat de l'Ameublement français, ils se confrontent à un panel d’usagers et aux élèves designers de Nantes, dans le cadre de l’opération Fut’Urbain.

Un banc multi-usages et appropriable apportera la première innovation issue de la participation de Seri à la démarche Fut’Urbain : dans les anfractuosités des volutes du dossier, l’usager pourra fixer ses accessoires, comme un parapluie, à partir de l’été prochain dans l’espace public nantais. En plus de la fonction de protection contre le soleil ou la pluie, Eric Lenoir, directeur général, cite  le jeu. « Au moins quatre à cinq pistes exploitables ressortent du foisonnement d’idées brassées durant les deux jours d’ateliers avec les élèves designers et les usagers rassemblés par Fut’Urbain », se réjouit le chef d’entreprise.

Méthode

Pour plus de détail, prière de patienter quelques mois ou années de décantation, sous la houlette de Sébastien Parachou, directeur Recherche & développement. Mais Eric Lenoir – l’un des deux chefs d’entreprise à avoir suivi les ateliers d’avril 2018 pendant la totalité des deux jours - révèle tout-de-même le fil conducteur : « Le thème du détournement d’objet nous a séduits : un potelet peut servir de boîte à messages ou de maison d’oiseaux. Nous n’avions jamais travaillé sur cette idée ».
Autant que les objets en gestation, Fut’urbain aura apporté à Seri « une méthode et de la fraîcheur ». Convaincu que « créer s’apprend en groupe », et soucieux de la compatibilité entre l’idée et sa traduction industrielle, le président décrypte dans un sourire : « Le discours de la méthode, c’est la clé de tout, surtout pour une entreprise enracinée à Chatellerault, la ville de Descartes ». Son hommage à l’institut technologique FCBA, chef d’orchestre de Fut’Urbain, se focalise sur le juste équilibre entre les deux temps de la démarche : l’émulation collective aux six industriels, puis l’approfondissement, au sein de groupes projets constitués autour de chacun d’entre eux.

Authenticité

L’adhésion à l’expérimentation nantaise mérite d’autant plus l’attention que sa participation à une précédente démarche collective d’innovation, portée par le syndicat de l’Ameublement français, avait laissé Seri sur sa faim : dans les prototypes exposés au printemps 2018 par la galerie Via sous le titre « Dehors la ville de demain » à la suite d’ateliers dans une école parisienne de design (l’ENSCI), l’entrepreneur avait reconnu les plus récents modèles des catalogues des participants...
Séduit par le thème du détournement, Eric Lenoir n’en reste pas moins attaché à l’authenticité, comme en témoigne l’agacement que lui inspire la mode des démarches de Responsabilité sociétale et environnementale : « La fonction sociale d’un patron de PME relève de l’évidence ! ». Surtout, à l’en croire, dans une activité qui rend service à tout un chacun et qui embellit l’espace public : la fierté des ouvriers est restée gravée dans le cœur du patron, après le voyage à Bordeaux durant lequel les producteurs ont découvert in situ la mise en scène de leur travail par Michel Corajoud.

Métamorphose

Quelque 150 salariés de Seri s’activent dans le mobilier urbain, sur un total de 250. A l’aise dans l’acier comme dans l’alu, le plastique ou le verre, l’entreprise revendique la polyvalence. Un court extrait de la liste à la Prévert de ses fabrications en atteste : casiers pour bouteilles de gaz, chariots à planche-à-voile, vélos d’enfants, échelles, équipements pour stations-service…
A la tête de l’entreprise depuis 2001 aux côtés de son associé Richard Lazurowicz, Eric Lenoir prolonge, avec Fut’Urbains, 20 ans de métamorphose : Seri a doublé son chiffre d’affaires durant ces deux  décennies. Dans le même temps, la part du mobilier urbain est devenue majoritaire : 26 millions d’euros sur 40, au lieu d’1/5ème jusque dans les années 1990. Ces chiffres placent Seri un cran au-dessus des autres participants à la démarche Fut’urbains.
Le rachat de MBO, en Eure-et-Loir, a renforcé ses  capacités : en 2020, les usagers des abris du tramway T9, en région parisienne, pourront remercier autant les ouvriers de Chatellerault que de ceux de La Loupe. Mais sans doute cet objet dessiné par les designers maison illustre-t-il aussi une qualité pas si fréquente que ça, même dans les PME acquises à la responsabilité sociétale : le sens artistique au service de la moyenne série industrielle.

Commentaires

Seri détourne les bancs publics. Fut’urbain 5/6

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur