En direct

Sénart opte pour une gestion "verte" de son éclairage public

Defawe Philippe |  le 10/12/2007  |  SantéCollectivités localesAménagement

Le Syndicat d’Agglomération Nouvelle (SAN) de Sénart en Essonne a signé avec Spie un contrat de Partenariat Public Privé estampillé "développement durable". Pour la première fois, une collectivité locale utilisera la télégestion point par point de l’ensemble du système d’éclairage (plus de 2.500 points lumineux).

Le montant du contrat est de 10 millions d'euros. Les travaux débuteront dès le 1er janvier 2008 pour une durée de 15 ans. Le partenariat concerne la reconstruction, la rénovation, la maintenance et la gestion de l’éclairage public ainsi que la signalisation lumineuse tricolore.
La maîtrise de l’énergie est le fil conducteur de ce premier Partenariat Public Privé dédié entièrement au développement durable dont la réflexion a été engagée par la collectivité territoriale dès 2006.
Bénéfices attendus dès 2008 : 35% d’économie d’électricité, réduction des émissions de CO2 et suppression de la pollution lumineuse dés les 5 premiers mois.

Concrètement, la télégestion sera mise en œuvre non seulement pour les centres villes du SAN de Sénart en Essonne, mais également pour toutes les zones périphériques.
La technologie permet d’adapter l’éclairage au rythme de vie des quartiers des différentes agglomérations : ensoleillement, saisons mais aussi événements annuels ou exceptionnels (illumination de Noël, feu d’artifice du 14 juillet…). Chaque lampe reçoit l’énergie juste nécessaire à son fonctionnement optimal grâce à des ballasts électroniques communicants. La télégestion lutte contre les gaspillages et supprime les pics d’intensité. "On ne peut anticiper le coût de l’énergie de demain, il faut donc anticiper en maîtrisant le volume d’énergie consommé aujourd’hui" précise Gauthier Louette, directeur général de SPIE.
Autre service rendu aux habitants, les lampes défectueuses seront repérées et remplacées immédiatement.
Ce procédé technologique s’accompagne de l’utilisation de matériels aux dernières normes environnementales (lampes à faible consommation et à haut rendement). Le nombre d’armoires électriques est rationalisé. Celles-ci passeront de 57 à 42. Mais le PPP va plus dans la notion de développement durable : SPIE s’est engagée à utiliser un parc de véhicules propres pour la maintenance des installations.

Commentaires

Sénart opte pour une gestion "verte" de son éclairage public

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur