Energie

Ségolène Royal maintenue à l’Energie : les professionnels satisfaits

Mots clés : Energie renouvelable - Gouvernement

Si selon les tractations, Ségolène Royal n’aurait pas été contre l’idée de changer de ministère, le secteur industriel de l’énergie dans son ensemble se montre soulagé et satisfait de son maintien dans ses fonctions.

C’est donc la continuité qui s’est imposée à la tête du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie : Ségolène Royal mènera la bataille au Parlement sur le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte.

Interrogés par Enerpresse, l’UFE, le SER et FEE sont sur la même tonalité. « Nous sommes satisfaits de la continuité dans les affaires à la veille du passage du projet de loi sur la transition énergétique au Parlement », souligne Audrey Zermati, déléguée générale adjointe de l’Union française de l’électricité (UFE).
Au Syndicat des énergies renouvelables (SER), on est même « extrêmement soulagé » qu’il n’y ait pas eu de changement de ministre, Jean-Louis Bal mettant en avant le « besoin important de stabilité » face au contexte économique très tendu. Sans nager dans l’euphorie, le président du SER met en regard le travail engagé depuis l’arrivée de Mme Royal au MEDDE et notamment « le dialogue constructif » qu’il a pu engager avec la ministre.
Satisfaction également à France Energie Eolienne (FEE), qui par la voix de son président, Frédéric Lanoë, rappelle « le soutien » de Mme Royal à l’éolien et souligne « la bonne dynamique de travail » engagée depuis son arrivée au MEDDE.

Même si certains regrettent que le président et le Premier ministre n’aient pas saisi l’opportunité du remaniement pour élargir le périmètre du MEDDE au secteur du logement. Un tel ministère aurait été « cohérent » dans le cadre de la transition énergétique, relève Audrey Zermati. Enfin, le secteur reste pour l’instant circonspect quant à l’arrivée de M. Macron à Bercy. Les responsables des organisations interrogées attendent les premiers contacts avec le nouveau ministre. Premier sujet à évoquer : l’avenir des 34 plans industriels, dont nombre d’entre eux sont liés à l’énergie. Aussi l’UFE attend-t-elle « une confirmation » de ces plans, qui s’avèrent « d’autant plus nécessaires aujourd’hui ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X