En direct

Sécurité informatique Bogue et aéroport : un inventaire à triple détente

Laurent Miguet |  le 15/10/1999  |  TransportsNumériqueProduits et matérielsNormesFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Numérique
Produits et matériels
Normes
France
Europe
Immobilier
Réglementation
Communication
Valider

La prévention du bogue de l'an 2000 sert de tremplin au schéma directeur informatique et au passage à l'euro. Cette triple démarche préfigure l'engagement d'une procédure de certification qualité.

L'aéroport de Bâle-Mulhouse a choisi de gérer la prévention du bogue de l'an 2000 dans le cadre d'un projet en trois volets. Sous l'autorité d'un comité de pilotage, présidé par le directeur du site, le groupe de travail « An 2000 », constitué en début d'année, s'attaque à deux autres dossiers : l'euro et le schéma directeur informatique.

« Ces trois volets s'articulent autour d'un noyau dur : l'état des lieux systématique des mêmes équipements », justifie Guy Marguet, responsable de la division électrotechnique de l'EuroAirport Bâle-Mulhouse. L'organisation évolutive du groupe de travail reflète cette stratégie : Guy Marguet intervient en première ligne parmi les trois permanents du groupe, jusqu'en février 2000. A partir de cette date, Dominique Sengelin, responsable des services comptables, prendra le relais, suivi, au-delà de la mi-2002, par Eric Schmitt, responsable de la division informatique. Le groupe achèvera sa mission le 29 février 2004, dernière date sensible pour la transition des systèmes électroniques vers le XXIe siècle.

Deux intervenants extérieurs à l'aéroport gèrent les liens au sein du groupe : François Litterst, ingénieur spécialisé dans la qualité, et Steria, un des leaders mondiaux de l'informatique aéroportuaire. Cent vingt entretiens individuels de plus d'une heure, avec des représentants de tous les métiers exercés sur la plate-forme, ont précédé l'inventaire des équipements sensibles. Les tests, qui comblent les nombreuses lacunes des certificats de conformité donnés par les fournisseurs, se sont concentrés sur 130 familles d'objets susceptibles d'impact dans les domaines de l'électricité, de l'eau, du téléphone et du chauffage. Les plans de secours excluent les technologies sophistiquées, mais aléatoires, comme les réseaux de téléphone mobile. Le groupe a accordé une attention particulière aux interfaces entre l'aéroport et les principaux intervenants extérieurs : compagnies aériennes et compagnies d'assistance. La nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000 marquera la mobilisation maximale des équipes internes : 60 personnes (sur 250 salariés) vérifieront le bon fonctionnement des équipements, en particulier les centrales de chauffe, ascenseurs et escaliers roulants.

A la fin de l'été, les responsables de la plate-forme s'attendent à une heureuse surprise financière. Grâce aux bons résultats des tests - en particulier ceux du parking et de l'horloge principale -, le groupe An 2000 devrait consommer moins du tiers des 10 millions de francs prévus dans le budget de l'EuroAirport pour la prévention du bogue. « Par son caractère transversal et son indépendance vis-à-vis de la structure de l'aéroport, le travail du groupe An 2000 s'apparente à une démarche qualité », analyse Guy Marquet. L'EuroAirport, qui vise une certification dans les années 2000, espère recueillir alors les fruits de l'investissement consenti pour prévenir le bogue.

PHOTOS : La nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000 marquera la mobilisation maximale des équipes internes : 60 personnes vérifieront le bon fonctionnement des équipements, en particulier les centrales de chauffe, ascenseurs et escaliers roulants.

Un pense-bête commun à tous les aéroports du monde

Pour vérifier la capacité des aéroports à assurer la continuité du service lors du passage à l'an 2000, l'Association internationale du transport aérien (Iata) a soumis toutes les plates-formes à un questionnaire de 200 pages. Mal ressentie en France et en Italie en raison de la notation qui l'accompagne, cette démarche a présenté un intérêt majeur : « Le check-up systématique de l'Iata nous a aidés à détecter des problèmes auxquels nous n'aurions pas pensés », reconnaît Guy Marguet, responsable de la division électrotechnique de l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil