En direct

Sécurité électrique Fameca aborde le tournant de la basse tension

jacques trentesaux |  le 14/02/1997  |  EnergieSécurité et protection de la santéIndustrieHaut-RhinFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Sécurité et protection de la santé
Industrie
Haut-Rhin
France
International
Equipement
Valider

-Le spécialiste français de la sécurité très haute tension veut aussi poursuivre son effort à l'international.

Les trois prochaines années seront cruciales pour la société Fameca (41 millions de francs de chiffre d'affaires, 53 salariés) de Rixheim (Haut-Rhin). Cette PME familiale, qui occupe une position de quasi monopole en France pour les produits de sécurité haute tension à destination des électriciens de réseaux, compte sortir de ce marché pour s'attaquer à la basse tension et à la protection individuelle. Le rachat récent de Catu (filiale de Legrand) par Cegers (du groupe Sicame), ses deux principaux concurrents, lui permet d'envisager sereinement cette diversification.

Deux brevets déposés par an

« Nous avons un nom, une crédibilité et les moyens financiers d'y parvenir », souligne Jean-Marc Singer, P-DG, qui s'est fixé comme objectif « de gagner 10 millions de francs de chiffre d'affaires supplémentaires sur le marché national en trois ans ». Créée en 1949, Fameca est devenue peu à peu un partenaire incontournable des grands de l'électricité. EDF, Spie-Batignolles, Cegelec, Clemessy ou la SNCF passent régulièrement commandes de ses outils (perches ou échelles isolantes, laveur d'isolateurs sous tension, détecteurs de tension, etc.) conçus au bureau d'études de Rixheim. La société dépose environ deux brevets par an.

Le second axe fort de Fameca réside dans la poursuite de l'effort à l'international. La société connaît de très bons résultats au Moyen-Orient (Syrie, Liban) et surtout en Asie (Thaïlande, Laos, Japon). Ils lui ont permis de faire progresser sa part à l'export de 20 à 30 % du chiffre d'affaires en trois ans. « Notre objectif est de réaliser du volume pour financer notre structure de recherche et développement, explique Jean-Marc Singer. Je compte investir chaque année 1 million de francs pour cela ». Cette stratégie passe par le développement d'un réseau de « représentants amis » répartis dans le monde et chargés de décrocher des contrats.

CHIFFRES CLES

Chiffre d'affaires : 41,6 millions de francs en 1996 (39,3 millions en 1995).

Résultat net : 2,2 millions de francs en 1996 (2,6 millions en 1995).

Part à l'export : 30 %.

Part en R&D : 5 % du CA.

Nombre de salariés : 53.

PHOTO :En s'attaquant à la basse tension, Fameca a pour objectif d'augmenter son chiffre d'affaires de 10 millions de francs sur le marché national.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Guide de la commande publique

Guide de la commande publique

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil