Entreprises de BTP

Sécurité : avec Knauf, des solutions antieffraction pour les logements

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Cloison - Métier de la construction

Le meilleur moyen d’éviter les intrusions reste de retarder les cambrioleurs : les cloisons sécurisées ont leur rôle à jouer. Tour d’horizon des solutions techniques pour les plaquistes et agenceurs, afin de contribuer à la sécurité de l’habitation.

 

Chaque année, il se produit environ 235 000 cambriolages en France (1). Ce que l’on sait moins est que le nombre de tentatives d’intrusion est très exactement le double soit 470 000 au total en 2016 (1). Dans la moitié des cas, donc, les cambrioleurs renoncent, découragés par les dispositifs de sécurité ou la réaction du voisinage.

 Un facteur décisif : le temps. Une tentative d’intrusion dure rarement plus de cinq minutes. Tout ce qui pourra retarder le cambrioleur diminue ses chances d’entrer dans le bâtiment. Naturellement, la mise en sécurité des points d’entrée (porte principale, fenêtres, garages…) est essentielle. Ces ouvertures peuvent être équipées de serrures, de grilles, ou encore de vidéosurveillance. On pense moins spontanément au renforcement du bâti. Logements, entrepôts, banques, bureaux de tabac : nombreux pourtant sont les locaux où la mise en place de cloisons sécurisées contribue à freiner les tentatives d’intrusion. Agenceurs et plaquistes sont d’ailleurs de plus en plus sollicités sur ce type de marché.

De multiples solutions pour des cloisons antieffraction

Knauf a lancé en 2017 plusieurs gammes de cloisons permettant aux professionnels de répondre à ces demandes de sécurisation.

L’offre Knauf Sûreté adapte sur des cloisons distributives (Knauf KM) ou séparatives (Knauf KMA) des plaques de plâtre de 600 mm de large sur lesquelles ont été contrecollées en usine des tôles d’acier de 63/100e d’épaisseur pour améliorer la résistance. Plusieurs mises en œuvre sont possibles, associant de une à quatre plaques Knauf Sûreté : en horizontal, en vertical, ou sur deux couches croisées, sur une ou deux faces. En fonction des choix techniques, la solution est garantie par des procès-verbaux d’essais du CNPP (2) pour des exigences antieffraction de 3, 5 ou 10 minutes. De quoi faire la différence sur la majorité des tentatives d’intrusion.

Des cloisons résistantes aux tirs

Pour les lieux les plus sensibles (bâtiments publics, zones militaires, milieu carcéral, banques…), un second type de protection vient d’être lancé par Knauf. Il s’agit de la cloison de distribution Knauf Torro, résistante aux tirs. Les deux variantes aujourd’hui proposées (épaisseurs 120 et 150 mm) comportent un parement double en plaques Diamant 13 Cleaneo C. Les cavités entre montants sont remplies par deux plaques Knauf Torro en gypse armé de fibres de cellulose, d’une épaisseur totale de 56 mm. Des essais ont permis de valider la résistance aux tirs de la cloison pour de nombreuses catégories d’armes de poing (catégories FB1 à FB4 NS) avec une absence d’éclats, afin d’améliorer la sécurité le cas échéant.

Mais la résistance aux tirs n’est pas le seul avantage du système, qui se préoccupe aussi du confort sonore des usagers : dans les cloisons Torro avec montants 100/35, l’isolation acoustique peut être complétée par une laine minérale.

 

(1)   Source : rapport « Insécurité et délinquance en 2017 », ministère de l’Intérieur, janvier 2018.

(2)   Centre national de protection et de la prévention.

 

Contenu proposé par Knauf.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X