En direct

Amor Bekrar, président d'IFS France. - © IFS
Tribune

"Secteur de la construction et digital : trois prédictions pour 2019"

le 21/03/2019  |  BIMNumériqueChantier connecté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

BIM
Numérique
Vie du BTP
Chantier connecté
Valider

L'année 2019 verra de nombreuses entreprises de la construction déployer pour la première fois des projets digitaux, constate Amor Bekrar, Président d'IFS France, qui formule trois prédictions.

"Cette année 2019,  le secteur de la construction fera un bond en avant en matière de digital : de nombreuses entreprises envisageront, pour la première fois, de déployer des solutions de gestion intégrée pour améliorer l’efficacité de leurs projets. Avec des marges de plus en plus faibles, une pénurie mondiale de main-d’œuvre qualifiée et de nouveaux entrants sur leur marché, la pression sur les entreprises traditionnelles de la construction est de plus en plus forte pour qu’elles renforcent leur productivité et proposent des projets plus intégrés et rentables dans les délais impartis et sans interruption.

Prédiction #1:

►50% DE TOUS LES PROJETS INCLUERONT DE LA CONSTRUCTION MODULAIRE D’ICI 2022, POUSSES PAR LE MANQUE CROISSANT DE MAIN D’ŒUVRE QUALIFIEE PARTOUT DANS LE MONDE.


En mars 2018, une usine de nouvelle génération a ouvert ses portes à Liverpool en Angleterre. Celle-ci emploie 150 personnes et tourne 24 heures sur 24. Qu’y fabrique-t-on ? Des logements modulaires ! La première commande de cette usine a été la construction et livraison de 81 maisons et 58 appartements. Son objectif est d’atteindre les 450 logements pour sa première année. Cela n’est qu’un exemple parmi d’autres, force est de constater que la construction modulaire prend de plus en plus d’ampleur.

Depuis des écoles en Irlande aux prisons ou hôpitaux américains, qu’il s’agisse d’appartements luxueux et durables ou de dortoirs pour travailleurs, la construction modulaire a dépassé les attentes en 2018. Cette tendance se confirmera en 2019 avec, notamment comme facteur clé, le besoin de combler la pénurie mondiale de logements.

L’ONU, estime d’ailleurs, qu’il faudrait construire plus de 2 milliards de nouveaux logements d’ici 80 ans. Grâce à la fabrication modulaire, il sera possible de construire plus de logements, plus rapidement et à moindre coûts, Poussée par la pénurie mondiale de main-d’œuvre qualifiée et de logements disponibles, le développement de la construction modulaire aura un impact considérable sur le secteur de la construction en 2019.

D'autre part, les nouveaux entrants sur le marché de  la construction favoriseront le développement de l'agilité par tous les acteurs.

Nous assistons déjà à une vague de nouveaux entrants dans l’industrie de la construction. Si, par exemple, nous reprenons l’exemple de cette usine de Liverpool, aucun des deux dirigeants n’est issu du secteur : l’un était ingénieur logiciel, l’autre ingénieur designer. Ils ont d’ailleurs déclaré à la presse avoir constaté qu’il y avait un réel intérêt à se lancer sur ce marché de la construction modulaire dans lequel, selon eux, il n’y avait pas d’offre qui serait à la fois de qualité, compétitive et livrable en délais réduits.

En 2019, pour rester compétitive, un nombre croissant d’entreprises traditionnelles de la construction se tourneront vers le modulaire. Et de nouveaux acteurs entreront sur ce marché : fabricants industriels, professionnels de la logistique et de la supply chain, organisations du secteur public ou encore des secteurs banquiers et des assurances.

Beaucoup d’entre eux seront en mesure de proposer des facilités de financements et de nouveaux services basés sur la flexibilité. La pression sur les entreprises industrielles pour s’adapter à ces nouveaux paradigmes sera de plus en plus forte. Elles vont avoir besoin de plus de contrôle sur leurs projets mais également d’une plus grande adaptabilité et devront aussi prouver qu’elles ont la capacité à s’associer à d’autres partenaires pour proposer des services élargis et assurer la maintenance de leurs actifs construits ou encore proposer de la fabrication modulaire. Tout cela concourt à la nécessité urgente d’une gestion numérique améliorée et mieux intégrée pour les projets complexes et exigeants. Ce besoin crucial est le moteur de la prédiction suivante.


PREDICTION #2:

EN 2019, DE PLUS EN PLUS D’ENTREPRISES DEPLOIERONT POUR LA PREMIERE FOIS UNE SOLUTION DE GESTION INTEGREE.

10% des entreprises traditionnelles pourraient se retrouver dans l’obligation de mettre la clé sous la porte d’ici les 5 prochaines années.  La concurrence autour des délais de livraison et de la productivité va s’intensifier. D’une part, la croissance de la population urbaine et la pénurie de logements se traduiront par une demande accrue en la matière et des commandes plus importantes. D’autre part, la réduction des marges bénéficiaires et l’intensification de la concurrence générera des pressions sans commune mesure sur la productivité des entreprises et leurs délais de livraisons des actifs construits.

Il en résulte qu’en 2019, davantage d’entreprises axées sur les documents se tourneront vers la data. Nombre d’entre elles vont se lancer dans le numérique et des investissements dans des systèmes de gestion d’entreprise intégrée tels que les ERP. Deux principaux facteurs vont amplifier cela et faire de ces solutions une nécessité et non plus un accessoire :

>Une pression croissante sur les marges

Avec des marges de profits aussi limitées qu’elles ne le sont, de nombreuses entreprises de construction ont l’impression qu’elles travaillent plus mais gagnent moins. Une récente étude Deloitte révèle que les marges bénéficiaires sons sous pression dans plusieurs sous-marchés européens, l’Europe occidentale étant particulièrement vulnérable.

Au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas ou encore en Irlande, les marges sont si faibles qu’elles ne peuvent même pas être compensées par une augmentation des commandes. D’ailleurs, 31% des principaux contractants britanniques ont déclaré, en novembre 2017, une baisse de leurs marges et les dix plus grosses entreprises britanniques du secteur affichent une marge moyenne négative de 0,5%

>Des nouveaux entrants : la Chine, la Corée et... Amazon ?

La concurrence mondiale est elle aussi de plus en plus forte, impactant durablement les entreprises européennes. Le classement Top 100 Global ConstractorsIn for 2017 montre que les entreprises européennes ne représentent plus de 23% des 100 premières entreprises de la construction dans le monde en 2017 contre 44% en 2010.  En comparaison, les entreprises asiatiques représentaient 41% de ce classement en 2010 et atteignent, en 2017, les 51%. La plupart des analystes prévoient que la Chine, l’Inde et les Etats-Unis seront les grands gagnants de cette croissance mondiale de 8 000 milliards de dollars prévue d’ici 2030, et non pas l’Europe.

Des groupes tels que China Communications Construction, Hyundai Engineering & Construction ou encore Samsung C&T représentent une sérieuse menace pour les grands acteurs historiques européens. En termes de chiffre d’affaires seulement, même en 2017, le Top 4 des entreprises mondiales de la construction étaient chinoises. Beaucoup de ces nouveaux entrants sont capables de proposer des services ajoutés hautement compétitifs et flexibles tels que des services de montage de financement. Avec la montée en puissance de la construction modulaire, les nouveaux acteurs du marché sont notamment issus des secteurs de la fabrication, de la supply chain ou encore de l’ingénierie logicielle. Même les géants du numérique à l’instar d’Amazon ou d’Uber pourraient se lancer sur ce secteur. Dans ce contexte, comment envisager de nouveaux investissements pour survivre et perdurer ?

Finalement, de nombreuses entreprises sont hautement exposées. En 2018, nous avons assisté à d’importants efforts de leur part pour améliorer leur efficacité, augmenter leur productivité et mettre en œuvre des processus de livraison continue. En 2019, la pression sera encore plus forte. Le besoin en capacité d’adaptation deviendra une urgence.

2019 sera ainsi l’année où les entreprises commenceront enfin à envisager des systèmes d’information tels que les ERP de manière intégrée pour une optimisation de l’efficacité et de la rapidité des cycles de vie des projets et non plus uniquement à des fins isolées de gestion financière. 2019 pourrait être l’année où l’industrie de la construction adoptera réellement la transformation digitale.

PREDICTION #3:

► LA GESTION DU CYCLE DE VIE DES ACTIFS DIGITAUX, INTEGRANT A LA FOIS LES TECHNOLOGIES BIM ET ERP DEVIENDRA UNE NECESSITE POUR LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION.

L’effondrement de Carillion, l’une des plus grandes entreprises de la construction au Royaume-Uni, a provoqué une onde de choc. Carillion construisait et assurait la maintenance d’écoles, prisons, hôpitaux ou encore centrales électriques dans tout le pays avant de s’effondrer avec une dette de 1,7 milliards d’euro en janvier 2018. Alors que les analystes débattent sans fin des raisons d’un tel naufrage, les professionnels, eux, pointent de nombreuses fautes organisationnelles.

Une entreprise de cette taille, couvrant autant de projets, se doit d’avoir une solution de gestion centralisée et intégrée pour avoir une vue complète des activités de l’entreprises et non que chaque projet soit cloisonné, à la fois financièrement et opérationnellement.

La valeur ajoutée d’un ERP pour le secteur de la construction réside dans sa capacité à connecter intégrer toutes les fonctions d’un projet – de la finance à la conception en passant par les opérations – permettant ainsi une adaptabilité maximale. La technologie de modélisation BIM (Building Information Management) sera un moteur de la gestion de l’intégration du cycle de vie des actifs numériques. Le BIM fait partie intégrante du passage d’un monde axé sur les documents à un monde axé sur les données. En 2019, les premières entreprises commenceront à discuter de la manière de fusionner et de tirer parti des atouts de la combinaison de deux technologies : BIM et ERP.

De nombreuses entreprises ont maintenant commencé à intégrer les modèles BIM dans leurs activités. Mais un BIM seul, sans système de gestion associé, ne présente que peu d’intérêt. En tant que solution de gestion globale, l’ERP prend en charge tous les métiers de l’entreprise lui permettant ainsi de suivre le cycle de vie d’un projet, de sa conception à sa livraison et de réaliser des associations de services et de gestion d’actifs.

Pour les fabricants, intégrer un ERP comme ensemble de système d’entreprise plutôt que comme simple outil de gestion financière n’est pas quelque chose de nouveau. Cela fait par exemple des années qu’ils associent technologie de CAO et ERP. Cependant, ce chemin reste encore long dans le secteur de la construction. Mais 2019 verra beaucoup d’entreprises franchir ces premières étapes, vitales, de la transformation digitale."

Amor Bekrar, président d'IFS France. IFS est un éditeur de solutions logicielles d'entreprises (ERP, EAM...).

Commentaires

"Secteur de la construction et digital : trois prédictions pour 2019"

Votre e-mail ne sera pas publié

Quentin Sidekick Interactive

22/03/2019 20h:52

Je suis d'accord pour l'intégration d'une solution de gestion intégrée. Chaque entreprise à des besoins internes particuliers et il est important de créer les outils appropriés pour y répondre. Chez Sidekick Interactive, une agence de développement d'applications mobiles, nous proposons des solutions mobiles sur mesures à nos clients du secteur pour répondre à leurs besoins propres. Il est important d'avoir notamment une application efficace, qui couvre exactement un besoin de l'entreprise pour être sûr de son apport pour le business du client et aussi pour s'assurer que l'application sera utilisée. Le problème souvent des outils "généraux" est qu'ils sont compliqués à prendre en main, couvrent des besoins qui ne correspondent pas exactement à ceux de l'entreprise, en résulte des outils non ou mal utilisés. Si vous souhaitez développer votre projet mobile dans le secteur de la construction, n'hésitez pas à nous contacter pour en discuter: https://www.sidekickinteractive.com/fr/

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur