En direct

Schiltigheim se prépare à une élection en béton
Dévoilé à la surprise générale par le maire en fin 2017 — époque où le permis a été déposé —, le projet MK2 réinvestirait la malterie de l’ancienne brasserie Fischer, sous la conception de l’agence S&AA de Patrick Schweitzer. - © © S&AA

Schiltigheim se prépare à une élection en béton

Christian Robischon (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 05/04/2018  |  Bas-RhinEtatProduits et matérielsBéton

La municipale partielle provoquée par la rupture entre le maire et son premier adjoint prend de forts airs de référendum sur la politique de construction à haute dose du premier magistrat. Premier tour ce dimanche.

Maire bâtisseur à bon escient ou maire bétonneur à outrance ? C’est la question que trancheront les électeurs de Schiltigheim dimanche prochain. Ils sont appelés aux urnes en conséquence de l’éclatement, fin 2017, de la coalition qui s’était portée trois ans plus tôt au pouvoir de la ville de 32 000 habitants en périphérie de Strasbourg.

Depuis, les grues ont poussé à grande vitesse sous la conduite très énergique du maire Jean-Marie Kutner. Trop, pour diverses associations et l’opposition municipale. Elles ont fini par être rejointes dans leur vision par le premier adjoint Christian Ball et plusieurs élus de la coalition. La municipale partielle qui découle de la rupture se déroulera les 8 et 15 avril.

Vertus ou vices de la méthode Bulldozer

Le désaccord sur la construction et l’urbanisme est bien le sujet déclencheur pour Christian Ball qui y voit l’incarnation de la «méthode Kutner»: «pas de concertation et de l’autoritarisme à la place. Je ne suis pas contre le fait de transformer la ville, mais je suis contre la logique du tout béton, qui aboutit à une dérive entre le prévu et le réel», déclare-t-il au Moniteur. Le maire, lui, traduit par «volontarisme» son action, «conçue pour tenir les promesses et atteindre l’objectif de départ: régler les sujets en six ans de mandat et pas mettre 25 ans. La ville a besoin de se redynamiser». A Schiltigheim, depuis 2014, on ne connaît pas la ZAC, les programmes se traitent directement avec les propriétaires privés, notamment ceux des nombreuses friches de cet ancien bastion brassicole et industriel.

«Adoucir l’architecture»

Cette posture génère aujourd’hui un grand nombre de «coups partis», qui limitent d’autant la capacité de Christian Ball de les infléchir significativement, s’il était élu. Pour autant, estime-t-il, «il est possible d’adoucir l’architecture et de redonner de la respiration en dégageant davantage d’espaces verts».

Le dossier phare de la mandature, la reconversion de la brasserie Fischer, est largement entamé. Sur un maximum de 65 000 m2 plancher, les permis de construire ont été attribués à Altarea Cogedim pour la partie de 45 000 m2 qui le concerne, elle comprendra 650 à 700 logements livrables à partir de 2019. L’éventuelle nouvelle équipe municipale voudrait revoir la question du stationnement. Son chef de file ne déclare pas d’opposition de principe au cinéma MK2 qui réinvestirait l’emblématique malterie. Jean-Marie Kutner a pris tout le monde par surprise en dévoilant ce projet en fin d’année dernière et les hasards du calendrier veulent qu’il soit examiné ce vendredi par la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) du Bas-Rhin. Un équipement fait consensus sur le site Fischer: la future école Simone-Veil, menée là aussi à cadence élevée au moyen d’un marché global de performances attribué à l’équipe Eiffage Construction et TOA Architectes et dont la livraison est prévue à la rentrée 2019.

Perspective du projet de l'agence TOA Architecte pour l'école Simone-Veil à Schiltigheim.
Perspective du projet de l'agence TOA Architecte pour l'école Simone-Veil à Schiltigheim.

Sur la friche Caddie moins avancée, Christian Ball entendrait «ramener à quatre ou cinq étages» la construction à neuf étages de logements. Le même principe de réduction des hauteurs guide sa vision des reconstructions en zone de rénovation urbaine. Quant à l’implantation d’une médiathèque d’agglomération, elle serait confirmée mais revue dans son aspect le plus controversé: la création de logements privés dans le cadre d’un permis d’aménager attribué au bailleur Vilogia. A leur place, le challenger veut agrandir un parc.

Six listes sont en présence. Les deux principales n’affichent pas d’étiquette politique, sachant que leurs leaders viennent respectivement de l’UDI pour Jean-Marie Kutner et de LR pour Christian Ball.

Commentaires

Schiltigheim se prépare à une élection en béton

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX