En direct

Saverne multiplie les innovations

Laurent Miguet |  le 17/10/1997  |  Bas-RhinCollectivités localesDroit de l'urbanismeInnovationFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bas-Rhin
Collectivités locales
Droit de l'urbanisme
Innovation
France entière
Drôme
Urbanisme
Réglementation
Technique
Valider

- Le district de 27 communes lance ses deux programmes phares. - L'agglomération a élaboré un concept de world trade center pour ville moyenne.

Avec sa future « maison de l'économie, de l'emploi et de la formation », l'agglomération de Saverne expérimentera, à partir de mai prochain, un concept de world trade center adapté aux villes moyennes. Dans une ancienne usine d'armoires électriques dont la réhabilitation mobilise 19,3 millions de francs, l'architecte strasbourgeois Pierre Knecht répartit les 5 000 m2 de bureaux entre quatre fonctions : des services pour les demandeurs d'emploi, une école d'ingénieurs par alternance, des centres de ressources dédiés aux entreprises et aux associations, des espaces mutualisés communs à l'ensemble des utilisateurs.

Le choix d'un site à la fois proche du centre-ville et facilement accessible de l'extérieur marque la volonté de mettre cet équipement au service de l'ensemble du bassin de vie.

Favoriser l'utilisation des équipements en commun

Le district du Pays de Saverne, créé en 1992 par 27 communes, maître d'ouvrage du projet en application d'une charte approuvée en 1994, lancera, cet automne, un appel d'offres pour choisir le concessionnaire de cet équipement : « Il devra susciter une alchimie entre les locataires pour favoriser l'utilisation des équipements communs », indique Elisabeth Bildstein, chargée de mission.

« Seules des structures privées ont créé jusqu'ici des centres d'affaires de ce type. Le nouveau type de concession que nous sommes en train de définir s'inscrit dans une stratégie de rapprochement entre services publics et usagers », commente Emile Blessig, président de la structure intercommunale de 27 communes pour 27 000 habitants.

La future « maison » ne suffit pas à résumer la capacité d'innovation du district dans le domaine du développement économique : l'aménagement des 20 ha de la zone de Martelberg, située sur le ban de Monswiller, obéira à une méthode de « flux tendus » inédite en Alsace.

Des espaces adaptables aux besoins des entreprises

Le cabinet Dune, basé à Valence (Drôme), reproduira dans la sous-préfecture bas-rhinoise le modèle de la zone provençale de Lautagne : une allée centrale, à laquelle se raccordent des contre-allées dédiées au stationnement, constitue la seule contrainte physique posée par le concepteur. « Cela permet d'intégrer le stationnement dans une stratégie paysagère. L'aménagement en flux tendu, de part et d'autre de l'axe central, limite les contraintes de préfinancement tout en offrant des espaces adaptables aux besoins des entreprises », commente Elisabeth Bildstein.

Le lancement de la zone d'aménagement concerté (ZAC) devrait intervenir en 1998, après l'achèvement des procédures d'acquisition foncière en cours et la révision du plan d'occupation des sols de Monsviller.

Les efforts du district dans le domaine du développement prolongent ceux de la ville et de la région - le maire de Saverne, Adrien Zeller, est aussi président du conseil régional -, associés dans un « contrat de ville moyenne » d'un montant de 9,2 millions de francs sur la période 1994-1998. Le volet économique de ce contrat s'est traduit par la livraison, en début d'année, de la première tranche du pôle tertiaire de la Licorne : 600 m2 de bureaux bénéficiant de services partagés.

La seconde tranche de 1 000 m2, dont la réalisation s'achèvera en décembre après 5,9 millions de francs de travaux, comporte une innovation : « Nous avons tenu compte d'un besoin spécifique aux nombreuses entreprises de services qui s'appuient sur de petits ateliers d'essai », précise Jean Ouachée, secrétaire général de la ville.

Un budget d'investissement orienté vers le tourisme

Pour la dernière année du contrat de ville relais, Saverne se concentrera sur son patrimoine : la ville d'Adrien Zeller (10 000 habitants), qui mise sur le tourisme pour se développer, ne compte pas moins de neuf monuments historiques classés. Avec une première tranche de 5,9 millions de francs sur un programme de 15 millions, l'église baroque des Récollets bénéficie de l'enveloppe la plus généreuse, en raison des nécessités de sa mise hors d'eau.

Le budget d'investissement de l'année prochaine comportera également 1 à 1,5 million de francs pour la construction d'une maison du tourisme et 1 million pour la réalisation de l'école de musique dans l'ancienne halle aux blés.

Une piscine sportive, ludique et scolaire

Dans le secteur du loisir comme dans celui du développement, le district pilote le plus gros investissement de l'agglomération : la future piscine d'Otterswiller mobilisera 40 millions de francs autour de vocations sportive, ludique et scolaire. « Nous étudions la possibilité de lancer une procédure qui intègre à la fois la concession, la conception et la construction », indique Emile Blessig.

Soucieuse de maîtriser en amont les coûts de fonctionnement et d'investissement, la collectivité ne désignera pas de maître d'oeuvre sans connaître le concessionnaire. Le choix du site, pour lequel le district a bénéficié de l'assistance du cabinet Menighetti, concilie les critères d'ensoleillement et d'accessibilité, ainsi que les possibilités d'extension. « Il permettra de donner une vocation à l'est de l'agglomération », ajoute Emile Blessig.

PHOTO :

La future Maison de l'économie, de l'emploi et de la formation, regroupera quatre fonctions : des services pour les demandeurs d'emploi, une école d'ingénieurs par alternance, des centres de ressources dédiés aux entreprises et aux associations, des espaces mis en commun.

Station d'épuration : lancement en 1998

L'implantation dans un site classé constituera la principale difficulté que rencontrera le syndicat d'assainissement de la région Saverne-Zorn-Mossel, dans le cadre de l'extension de sa station d'épuration. La collectivité de 10 communes pour 17 000 habitants investit 35 millions de francs dans ce programme à achever avant octobre 2000.

Le programme, établi sur la base des études d'IRH-Environnement, comprend le renforcement des capacités - qui passeront de 36 000 à 56 000 équivalents habitant - et la mise aux normes de la station, qui traite des effluents industriels et domestiques. Le syndicat lancera une procédure d'appel d'offres sur performances entre avril et septembre 1998.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur