Santé : Lafarge renouvelle son partenariat avec CARE
Clinique mobile financée par Lafarge en Inde - © Médiathèque Lafarge DR

Santé : Lafarge renouvelle son partenariat avec CARE

Thierry Devige |  le 02/06/2009  |  IndustrieSantéAssociationsInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Industrie
Santé
Associations
International
Valider

Le groupe cimentier vient de reconduire pour trois ans son association avec CARE, organisme de solidarité internationale qui intervient dans les domaines de l'urgence et du développement.

Précurseur dans l'engagement pour la prévention et la lutte contre le SIDA dans les pays émergents, le groupe Lafarge vient de signer un nouveau partenariat avec l'association CARE. Il fait suite à celui que les deux acteurs avaient conclu en 2003 et qui visait à donner accès de façon anonyme et libre à la prévention, aux tests et aux traitements contre le VIH à l'ensemble des salariés mais aussi aux communautés locales proches des sites de production de Lafarge en Afrique.

Le nouveau partenariat triennal porte sur trois programmes : la diffusion du savoir-faire de Lafarge en matière de programmes de lutte contre le VIH et le paludisme à d'autres pays qu'africains, développer un outil d'évaluation de l'impact social et économique sur les communautés locales des actions mises en œuvre par l'industriel afin de définir une stratégie d'action durable et enfin, lancer un programme visant à permettre à des populations pauvres dans les pays émergents d'accéder à un habitat de meilleure qualité.
Une initiative pilote répondant à cet objectif est sur le point d'être lancée en Indonésie, avec comme axes de travail le développement de l'accès à du microcrédit pour l'amélioration de leur logement, et la formation de maçons en partenariat avec des organismes locaux.

Des résultats concrets

En Afrique subsaharienne, où le Sida fait des ravages, l'industriel annonce que 90 % des ses collaborateurs ont bénéficié de mesures de prévention et d'information, comme la distribution de préservatifs ou le dépistage gratuit et anonyme. Dans ses cimenteries kenyane et ougandaise, le groupe s'est même doté de structures médicales permettant d'accueillir ses collaborateurs, leur famille et leurs connaissances. En cas de dépistage positif, Lafarge leur offre les traitements anti-rétroviraux.
Les résultats de cette politique sont sans appel : en 2000, 80 % des décès de collaborateurs africains de Lafarge étaient liés au Sida ; en 2006, la proportion est tombée à 40 %. Autre fléau : le paludisme, maladie parasitaire transmise par les moustiques. Là aussi, le groupe s'est investi afin d'offrir des moustiquaires, de l'insecticide, des doses de traitement préventif aux femmes enceintes. Il s'est encore engagé à assainir l'eau par l'utilisation de larvicides

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil