En direct

Sans surprise, deux études de la DGAC confortent le projet d’aéroport

J.-P. D. |  le 15/11/2013  |  Collectivités localesLoire-AtlantiqueFrance entière

Notre-Dame-des-Landes -

Selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), l’adaptation de l’actuel aéroport de Nantes à une progression attendue du trafic à 5 millions puis 9 millions de passagers serait contraignante. De plus avec un coût assez proche de celui de son transfert vers le site contesté de Notre-Dame-des-Landes : 825 millions d’euros contre 808 millions pour le nouvel aéroport. Ceci sans le foncier et sans tenir compte du coût global du projet incluant les infrastructures routières et la desserte ferroviaire. L’étude affirme que la planéité de la piste actuelle n’est pas satisfaisante et indique que « dès l’horizon de 5 millions de passagers, la piste, l’ensemble des voies de circulation et des aires de stationnement des avions seraient à rénover ».
Préconisée par la commission du dialogue, une première étude de la DGAC sur les nuisances sonores avait estimé que près de 80 000 habitants seraient impactés dans le scénario d’un maintien des activités commerciales. Une troisième étude est attendue sur le devenir du site actuel.

Commentaires

Sans surprise, deux études de la DGAC confortent le projet d’aéroport

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur