En direct

Sans-abri : le gouvernement va signer un
- ©

Sans-abri : le gouvernement va signer un "contrat" avec les associations

Defawe Philippe |  le 18/12/2007  |  ImmobilierCollectivités localesPolitique sociale

Trois jours après l'éviction par la police d'un campement de tentes près de Notre-Dame, la situation s'apaise sur le front de l'hébergement des sans-abris avec l'annonce par le gouvernement d'un "un contrat", dès le 15 janvier, entre le gouvernement et les associations qui fixera des "objectifs précis de résultats" pour résoudre les problèmes d'hébergement d'urgence.

Voir la présentation de ce "contrat" par Mme Boutin, ministre du Logement (vidéo)

Ce contrat se fondera sur les conclusions de la réunion de consensus de Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS) qui s'est tenue fin novembre et sur les 36 propositions que le Comité de suivi pour la mise en œuvre du droit au logement opposable avait formulé pour l’application de la loi.
L'élaboration de ce contrat, premier du genre, sera confiée à un parlementaire qui sera désigné mercredi 19 décembre.
"L'objectif est simple : il ne faut pas que des personnes soient contraintes de dormir dans la rue", a déclaré le Premier ministre. Sans vouloir tout "reprendre à zéro", François Fillon entend "fixer des objectifs plus concrets et plus précis et un calendrier plus court".
A l'issue de cette table-ronde - à laquelle ont participé la ministre du Logement, Christine Boutin, le haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch et plusieurs associations dont la FNARS - qui regroupe 800 associations d'accueil et de réinsertion sociale – ainsi que Emmaüs et les Enfants de don Quichotte - François Fillon est resté ferme sur la question des campements et a répété qu'il ne laisserait pas installer des villages de tentes.

De son côté, lors d'un point presse, Christine Boutin a insisté sur "l'image négative" que donnait ses actions. "En installant des tentes, on met l'accent sur le problème de l'hébergement, et non pas sur le logement. Or, la crise, c'est celle du logement" a-t-elle expliqué. Pour la ministre du Logement, la question de l'hébergement d'urgence est réglée, même si elle reconnaît que la situation est encore loin d'être idéale. "Aujourd'hui, les personnes qui le souhaitent peuvent dormir au chaud et se lever avec un petit déjeuner" a-t-elle affirmé.
L'objectif de Christine Boutin est clairement de renforcer le parc de logements de transition. "Notre objectif était de 12.000 maisons relais, et nous n'en avons réalisé que 6.000 sous ma responsabilité c'est-à-dire en 6 mois et demi", a-t-elle précisé, assurant qu'elle ferait construire les places manquantes "d'ici l'hiver prochain". Dans ce but, une mission sera confiée à Michel Pelissier, président d'Adoma (ex-Sonacotra).
"L'Etat tient ses promesses mais il y a un problème de temps", a-t-elle expliqué en rappelant les contraintes propres au secteur du bâtiment et surtout au manque de foncier. "J'ai obtenir du secteur de la construction un produit qui permettrait de construire, dans les 10 mois qui viennent, près de 20.000 logements à condition que je trouve du foncier" a-t-elle déclaré en lançant un appel aux élus locaux.

Jean-Philippe Defawe

Commentaires

Sans-abri : le gouvernement va signer un "contrat" avec les associations

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur