En direct

Samsic débarque en force dans la ZAC EuroRennes
L’IGH de 27 niveaux abritera logements et commerces. Le groupe Samsic occupera pour sa part deux immeubles de neuf étages. - © FGP

Samsic débarque en force dans la ZAC EuroRennes

Jean-Philippe Defawe |  le 05/10/2018  |  Ille-et-VilaineParisEurorennes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Ille-et-Vilaine
Paris
Eurorennes
Valider

Rennes -

Le 21 septembre dernier, Christian Roulleau, P-DG fondateur du groupe familial de services aux entreprises Samsic (plus de 2 Mds € de chiffres d'affaires, 90 000 salariés) a annoncé l'installation de son siège social dans le quartier EuroRennes, près de la nouvelle gare qui sera livrée début 2019. « Nous hésitions entre Paris et Rennes. L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne se faisant pas, j'ai milité un temps pour la capitale car nous réalisons 30 % de notre activité à l'international. Mais je suis aussi breton et Rennes se trouve désormais à 1 h 35 de Paris en TGV », déclare l'homme d'affaires.

Si le choix de transférer le siège de Cesson-Sévigné, à l'est de Rennes, jusqu'au cœur de la ville n'était pas une évidence, une rencontre fortuite il y a deux ans dans le TGV avec la maire de Rennes Nathalie Appéré et le président de Rennes Métropole Emmanuel Couet a été déterminante. Avec son franc-parler, le patron qui déclare voter à droite n'a pas mâché ses mots face aux élus socialistes. Après qu'il eut vilipendé la politique en matière de sécurité et de propreté - le métier d'origine de Samsic -, la discussion s'est engagée sur l'avenir du groupe.

Le projet de siège social a évolué vers un vaste programme immobilier.

L'occasion pour les élus rennais de vanter les atouts de la ZAC EuroRennes, dont les premiers programmes commençaient à sortir. « Ce jour-là, il s'est créé quelque chose qui s'appelle la confiance », se souvient Emmanuel Couet. Pour autant, « si nous n'avions pas eu une opération comme EuroRennes, nous aurions difficilement pu répondre aux besoins d'une pépite comme Samsic », estime Nathalie Appéré. La dynamique de ce quartier, dont l'aménagement est progressivement mis en œuvre depuis 2013, est désormais lancée.

Ambition architecturale. Dans la foulée de cette rencontre, les équipes opérationnelles ont rapidement pris le relais pour concevoir le projet avec Territoires publics, l'aménageur de la ZAC. Ne connaissant rien à l'immobilier, Christian Roulleau s'est tourné vers ses réseaux et a choisi trois spécialistes rennais pour élaborer la programmation : Damien Savey (directeur général de Bâti-Armor) pour la promotion, Vincent Legendre (groupe Legendre) pour la construction et David Blot (groupe Blot) pour la commercialisation.

D'un siège social pour un groupe international en forte croissance, le projet a évolué vers un vaste programme immobilier. Un concentré des caractéristiques de la ZAC : mixité des usages et des fonctions couplée à une ambition architecturale affichée, avec notamment la construction d'un immeuble de grande hauteur (IGH). Cette ambition figurait déjà dans les premières orientations du projet urbain sur l'îlot Féval. L'idée était d'y élever un immeuble signal, à la limite des contraintes réglementaires des servitudes liées à l'aéroport de Rennes. Il y aura donc bien une tour de 27 niveaux et d'environ 85 m de haut, qui accueillera, sur cinq niveaux de parking en sous-sol, deux niveaux de commerces et des logements (une centaine en accession libre, 27 en accession sociale et 15 en prêt locatif social). Mais le programme comprend également un second immeuble de logements en R + 6 pour faire la liaison avec le bâti environnant, une Maison de l'emploi privée imaginée par Samsic, un hôtel d'une centaine de chambres avec un restaurant panoramique, et deux immeubles de bureaux de neuf étages (4 500 m2 SP au total) qui seront occupés ou loués par le groupe Samsic.

120 M€ investis. Pour résoudre l'équation économique posée par les contraintes de sécurité pour les IGH, la tour a été réservée aux seuls logements. La présence de bureaux aurait en effet imposé la présence de trois pompiers, contre un seul pour des logements. La copropriété sera ouverte pour les commerces situés au rez-de-chaussée afin d'absorber les charges de sécurité. Au total, ce sont quelque 120 M€ qui seront investis dans ce programme mixte porté par le « family office » Roulleau, actionnaire du groupe, qui sera donc maître d'ouvrage de l'ensemble de l'opération.

Un concours international d'architecture a été lancé, au terme duquel quatre équipes seront retenues le 6 décembre prochain. « Elles devront être composées d'une agence internationale, d'une nationale et d'une jeune agence locale. Charge à eux de se répartir la conception des cinq bâtiments », a précisé Damien Savey, de Bâti-Armor. Le projet lauréat sera annoncé à la mi-mars 2019, lors du prochain Mipim. L'objectif est de démarrer les travaux fin 2020 pour une livraison échelonnée entre 2023 et 2024.

L'essentiel de la ZAC EuroRennes

2010 : création.

58 ha de superficie.

125 000 m2 de bureaux prévus.

Plus de 1 500 logements.

10 000 m2 de locaux réservés à l'hôtellerie,

30 000 m2 de commerces et services et 9 500 m2 d'équipements.

Maîtrise d'ouvrage : Rennes Métropole et Territoires publics.

Maîtrise d'œuvre urbaine : FGP (u), Gazeau et Paillard, urbanistes (mandataires) avec l'agence TER (paysage) et le bureau d'études infrastructures Amco.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur