En direct

Saint-Malo à trois heures de la capitale

Defawe Philippe |  le 07/12/2005  |  EureEure-et-LoirCherMayenneMorbihan

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Eure
Eure-et-Loir
Cher
Mayenne
Morbihan
Calvados
Manche
Maine-et-Loire
Orne
Côtes-d’Armor
Ille-et-Vilaine
Indre-et-Loire
Finistère
Indre
Loiret
Sarthe
Vendée
Loire-Atlantique
Seine-Maritime
Collectivités locales
Loir-et-Cher
Transports
Paris
Valider

Le premier TGV reliant Paris à la Côte d'Emeraude en moins de trois heures arrive jeudi à Saint-Malo, une ville en pleine restructuration qui espère attirer de nouvelles entreprises.

Rendue possible par l'électrification de la ligne entre Rennes et la Cité Corsaire, la nouvelle desserte TGV assurera deux liaisons aller-retour par jour au départ de Paris et Saint-Malo. Elle permettra aux voyageurs d'éviter un changement à Rennes et de gagner environ 25 minutes, ramenant le temps de trajet à 2h56.
"Le TGV est un atout considérable en termes d'image et d'accessibilité, pour nos projets de développement dans les nouvelles technologies bio-marines", se réjouit René Couanau, député-maire de Saint-Malo.
L'économie de cette agglomération de 80.000 habitants est traditionnellement tournée vers la mer, le troisième port de Bretagne accueillant 1,5 million de passagers par an et une flotte moderne de pêche.

M. Couanau espère que le TGV favorisera l'essor de sa nouvelle technopole de 20 hectares, où il veut "développer la recherche de nouveaux produits alimentaires, cosmétiques et de santé, issus de la biologie marine, dans le cadre du pôle de compétitivité Mer".

Saint-Malo a également profité de l'arrivée de la grande vitesse pour restructurer son centre-ville. Une gare moderne a été construite à 300 mètres de l'ancienne, libérant 5 hectares de friches pour de nouveaux logements et bureaux, autour d'une esplanade qui doit devenir le nouveau coeur de la ville.

Pour Gérard Lahellec, vice-président de la région en charge des transports, le TGV à Saint-Malo n'est qu'une "première étape avant le prolongement de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Le Mans et Rennes pour mettre la pointe de la Bretagne à trois heures de Paris".
La LGV, pour laquelle les collectivités bretonnes cherchent 900 millions d'euros, doit relier Paris à Rennes en 1h30 et à Saint-Malo en 2h15 à l'horizon 2012.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil