Industrie/Négoce

Saint-Gobain renonce à racheter le suisse Sika, mais en devient le premier actionnaire

Mots clés : Industriels du BTP

Le groupe dirigé par Pierre-André de Chalendar et le chimiste suisse ont annoncé ce vendredi un accord clôturant le feuilleton judiciaire qui les oppose depuis trois ans. Saint-Gobain renonce au contrôle majoritaire de Sika mais va acquérir 10% de son capital.

 

Le conflit durait depuis décembre 2014, date à laquelle Saint-Gobain  avait proposé aux héritiers du fondateur de l’industriel suisse Sika, la famille Burkard, de racheter leurs parts du holding familial Schenker-Winkler (près de 17% du capital mais 52,6 % des droits de vote) pour 2,31 Mds €. Ce qui aurait permis au géant français de prendre le contrôle de l’entreprise sans lancer d’OPA. Un schéma contre lequel s’élevaient les dirigeants de Sika et de nombreux autres actionnaires, déclenchant une homérique bataille judiciaire et médiatique.

Celle-ci a pris fin ce vendredi 11 mai, avec le renoncement de fait de Saint-Gobain à prendre le contrôle de Sika. Avec ce compromis, le géant français des matériaux de construction va néanmoins obtenir 10,75% du capital de Sika, devenant son premier actionnaire. Le groupe dirigé par Pierre-André de Chalendar va débourser 2,69 Mds € dans cette opération.

 

Accord complexe

 

L’accord, résumé dans un communiqué commun, est relativement complexe. Saint-Gobain va d’abord racheter la holding Schenker-Winkler (SWH) et ses 17%. Le géant français des matériaux de construction et SWH ont ensuite convenu de céder à Sika 6,97% du capital de l’entreprise, pour 1,75 Md €.

Les deux entreprises prévoient désormais de collaborer dans leurs activités commerciales, tout en préservant l’indépendance de chacun. Toutes les procédures judiciaires en cours vont être abandonnées. Sika va convoquer une AG extraordinaire le 11 juin, pour entériner ce schéma.

 

« Excellent accord »

 

A l’issue de cette celle-ci, Saint-Gobain détiendra donc 10,75% du capital et le statut de premier actionnaire.  « C’est un excellent accord (…) qui nous permet de sortir par le haut d’un dossier dont personne n’a jamais contesté le sens stratégique mais qui restait complexe et incertain », a déclaré ce vendredi matin, lors d’une conférence téléphonique, Pierre-André de Chalendar.

«Le conseil d’administration et le comité de direction de Sika saluent cette issue positive. Cette solution permet d’amorcer un nouveau chapitre de notre réussite», a de son côté déclaré Paul Hälg, le président de Sika.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X