En direct

Saint-Gobain dope sa production de verre plat

Alexandre Lenoir |  le 09/06/2017  |  ConjonctureIsèreNordOiseFrance entière

Le groupe a investi 30 M€ dans sa ligne de production nordiste, l'une de ses trois en France, stoppée il y a 4 ans.

La mise en sommeil a paru bien longue aux habitants de la petite ville d'Aniche, près de Douai (Nord). Le 23 mai dernier, Saint-Gobain y a officiellement inauguré son usine rénovée de verre plat (float) , dont la production avait en fait repris en septembre 2016, après quatre années d'arrêt. Dans une chaleur étouffante, le verre fusionne de nouveau dans l'immense piscine de ce site historique, dont les origines remontent à 1823. Les 2 000 tonnes de bouillon incandescent se transforment ensuite, le long d'un parcours de 300 mètres, en un ruban ininterrompu, découpé ensuite en plateaux destinés à devenir fenêtre ou façade vitrée. Un quart du verre plat utilisé en France par les professionnels du bâtiment provient déjà du site d'Aniche.

Une résurrection presque inespérée. En avril 2012, confronté à la crise du bâtiment, Saint-Gobain Glass France décidait de stopper cette ligne de production. A l'époque, Aniche était le moins moderne des sites verriers que possède le groupe en France, avec ceux de Thourotte/Chantereine (Oise) et Salaise-sur-Sanne (Isère). Les 200 employés avaient été réaffectés sur les deux autres activités de l'usine - la transformation pour l'assemblage de verre feuilleté et la ligne de découpe - ou affectés sur d'autres sites.

Production moins dépendante. En septembre 2016, encouragé par la reprise économique dans le bâtiment, le mastodonte du verre rouvrait donc son float d'Aniche, non sans l'avoir entièrement rénové, pour un montant total de 30 millions d'euros. Par rapport aux anciennes installations, la nouvelle ligne, capable de fabriquer 20 millions de mètres carrés de verre par an, possède un avantage majeur : elle n'est plus seulement dédiée à l'univers de la construction. Si elle fournit toujours des vitrages pour le bâtiment (fenêtres, façades vitrées, cloisons intérieures) à hauteur de 70 % de sa production, elle élargit ses débouchés à l'automobile (pare-brise, lunettes arrières, vitres latérales), rendant la production moins dépendante d'un seul secteur. « Cela permettra d'absorber les éventuelles baisses de régime du marché du bâtiment », argumente Alain Dugueyt, directeur général Building Glass France de Saint-Gobain.

La modernisation a aussi per mis de « verdir » le site. Le four, mieux isolé et équipé de système de dépollution catalytique, consomme désormais 25 % d'énergie en moins et a réduit de 20 % ses émissions de CO . Et 100 % du verre produit in situ devrait être issu du recyclage à l'horizon 2020.

Demande pressante. Pour autant, les désormais 220 salariés du site sont bien conscients que la durée de vie du nouveau four n'excède pas vingt ans. Au-delà ? « Nous sommes condamnés à créer sans cesse de la valeur ajoutée », prévient Jérôme Lionet, directeur général de Glass Industry, la branche fabrication du verre de Saint-Gobain. La pérennité de la ligne dépendra de cette entité de l'entreprise à innover. Et notamment de répondre à une demande de plus en plus pressante des clients : produire un verre toujours plus fin, sans perdre en résistance. Une innovation réclamée par exemple par les constructeurs de voitures électriques, qui souhaitent des véhicules plus légers et donc moins énergivores. Depuis quelques mois, le groupe est en discussion avec Tesla, le constructeur américain de véhicules électriques de luxe. Un verre plus fin ferait aussi le bonheur des pros du bâtiment, qui réclament des fenêtres toujours plus faciles à installer. « C'est le grand défi technologique des prochaines années », souffle Jérôme Lionet. Saint-Gobain a son avenir entre ses mains.

20 à 25 % du verre pour le bâtiment en France sont fournis par ce site.

20 M de m² : la capacité de production annuelle.

PHOTO - 7654_488673_k2_k1_1187368.jpg
PHOTO - 7654_488673_k2_k1_1187368.jpg

Commentaires

Saint-Gobain dope sa production de verre plat

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX