En direct

Saint-Etienne Métropole : des compétences accrues pour un territoire élargi

le 12/01/2001  |  Loir-et-CherCollectivités localesDélit dans les contrats publicsLoireRhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loir-et-Cher
Collectivités locales
Délit dans les contrats publics
Loire
Rhône
Réglementation
Commande publique
Marchés publics
Valider

LOIRE Création de la communauté d'agglomération

Bernard Boubé, préfet de la Loire, a signé l'arrêté de création de la communauté d'agglomération de Saint-Etienne. La mutation de la communauté de communes Saint-Etienne Métropole est ainsi devenue effective au 1er janvier 2001. Le territoire qu'elle couvre est élargi à sept communes de la vallée du Gier.

Un total de 34 communes pour 360 000 habitants

Saint-Etienne Métropole, qui reste présidée par Michel Thiollière, maire de Saint-Etienne, regroupe désormais 34 communes (soit 360 000 habitants) de la couronne stéphanoise, des vallées de l'Ondaine et du Gier.

Elle est dotée d'un budget de l'ordre de 1,5 milliard de francs (230 millions d'euros) en 2001, soit une augmentation de 500 millions de francs (76,2 millions d'euros) par rapport à 2000.

Outre les compétences obligatoires prévues par la loi, Saint-Etienne Métropole s'occupera des voiries d'intérêt communautaire, de la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie, des équipements sportifs et culturels d'intérêt communautaire. A ce titre, le stade Geoffroy-Guichard et les musées de Saint-Etienne seront gérés par la structure intercommunale.

Un regroupement d'activités au profit de la nouvelle entité

Les activités du Syndicat intercommunal d'orientation pour les transports de l'agglomération stéphanoise (Siotas) et du Syndicat intercommunal des transports de la vallée du Gier (Sitvag) sont intégrées à Saint-Etienne Métropole. La zone d'activités de Molina-La Chazotte et le parc d'activités Stelytech passent aussi sous le contrôle de la communauté d'agglomération.

Saint-Etienne Métropole a, de plus, racheté pour 30 millions de francs (4,6 millions d'euros) les parts que détiennent les villes de Lyon, Saint-Etienne et Saint-Chamond dans l'initiative de Stelytech, qui présente un bilan flatteur. Moins de dix ans après sa création, la moitié des 20 ha du parc de Saint-Chamond est commercialisée, représentant une douzaine d'entreprises et 450 emplois.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil