En direct

SAINT-ETIENNE Budget primitif 2001 Priorité aux investissements culturels

VINCENT CHARBONNIER |  le 26/01/2001  |  ProfessionCollectivités localesArchitectureAménagementCulture

En légère hausse à 2,109 milliards de francs (322 millions d'euros), le budget principal 2001 de Saint-Etienne traduit la volonté de maîtriser les dépenses de fonctionnement tout en poursuivant le désendettement de la ville. En six ans, la dette consolidée aura diminué de 311 millions de francs (47,4 millions d'euros) à 2,724 milliards de francs (415 millions d'euros).

En diminution par rapport à 2000, les investissements seront cette année de 365 millions de francs (55,6 millions d'euros). Parmi les priorités affichées pour le renforcement de la sécurité et de la solidarité, l'amélioration du cadre de vie et l'épanouissement du citoyen dans la ville, les chantiers culturels se taillent une nouvelle fois la part du lion avec l'achèvement de la reconstruction du théâtre de l'Esplanade et la rénovation du musée d'art et d'industrie. Une première ligne de crédits est affectée au Centre international du design qui doit être installé dans l'ancienne centrale électrique de Manufrance.

Aménagement paysager du campus Tréfilerie

L'urbanisme bénéficie pour sa part de 87 millions de francs (13,26 millions d'euros). Parmi les nouvelles opérations, figurent l'aménagement paysager du campus Tréfilerie et du jardin des Beaux-Arts, ainsi que la réhabilitation de la friche Lignel qui pourrait accueillir un centre d'art contemporain. Les requalifications de l'îlot Elise-Gervais et du centre de Terrenoire seront bouclées. 33 millions de francs (5 millions d'euros) sont inscrits pour l'amélioration des voiries et chaussées, 6 millions de moins qu'en 2000. Plus de 14 millions de francs sont budgétés pour le jalonnement et la signalisation des feux tricolores, ainsi que pour l'éclairage public et l'électrification des marchés.

A la suite du transfert de la compétence du développement économique à la communauté d'agglomération, Saint-Etienne Métropole, la ville reste en charge de la gestion du patrimoine industriel et d'opérations d'aménagement. A ce titre, elle prévoit d'encaisser 31 millions de francs (4,7 millions d'euros) de cessions foncières et d'engager 16,5 millions de francs (2,5 millions d'euros) dans divers aménagements, réhabilitations et actions foncières.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur