Transport et infrastructures

RTE amplifie sa politique d’investissements

Mots clés : Electricité - Travaux publics

La filiale d’EDF devrait investir 5,8% de plus dans les lignes à haute tension en 2013 pour atteindre 1,44 milliard d’euros.

 

RTE (Réseau de transport d’électricité) continue d’augmenter ses investissements pour développer et renforcer son réseau. Ses dépenses devraient atteindre 1,44 milliard d’euros en 2013, soit 5,8% de plus que l’an dernier et près de trois fois plus qu’en 2004. En effet, en 2012, le montant total des investissements de la filiale d’EDF s’est élevé à 1,36 milliard, dont 1,23 milliard pour les ouvrages de réseau. «La construction de la ligne continue entre la France et l’Espagne et celle de la ligne très haute tension (THT) Contentin-Maine en représente la part prépondérante », indique Dominique Maillard, président de RTE. Cette dernière, très contestée, qui acheminera sur le réseau national l’électricité du futur réacteur EPR de Flamanville, est presque terminée. «Cet ouvrage est quasiment achevé, avec 412 pylônes construits sur 414, et on pense pouvoir effectuer les premiers tests de cette ligne à la fin du mois prochain», a ainsi déclaré Dominique Maillard, le 22 janvier, lors d’une conférence de presse consacrée au bilan annuel du système électrique français. Cette ligne, outre la desserte de l’EPR de  Flamanville  (Manche), permettra aussi d’accompagner le développement des énergies renouvelables au plan local », a rappelé le président de RTE. Elle pourrait en effet relier à terme au réseau électrique les futurs parcs d’hydroliennes (turbines électriques sous-marines) dont l’implantation est envisagée au large du Raz Blanchard, entre le Cotentin et l’île anglo-normande d’Aurigny (Alderney). Quant à la liaison France-Espagne,  « le tunnel sera achevé au début du printemps », a indiqué Dominique Maillard. 

 

L’enfouissement des installations progresse

 

La hausse des investissements prévus en 2013 correspond principalement à des projets de renforcement des réseaux régionaux. « Les investissements de RTE s’inscrivent dans une dynamique de besoins croissants pour répondre aux enjeux de la transition énergétique, a expliqué Dominique Maillard. Le réseau de transport d’électricité est en effet un maillon essentiel pour l’accueil de nouvelles productions, dont les parcs éoliens en mer, et pour l’intégration énergétique européenne par le renforcement des capacités transfrontalières d’échanges. »  RTE poursuit aussi ses investissements pour alimenter l’Est de la région PACA et diminuer les risques de coupures, dans le cadre du filet de sécurité PACA qui porte sur la création de trois nouvelles liaisons souterraines « dont l’une constitue le record mondial de longueur d’un seul tenant » indique le gestionnaire des lignes à haute tension. Le niveau d’investissement de la filiale d’EDF devrait encore monter en puissance pour atteindre 2 milliards d’euros d’ici 2020.

En parallèle, pour sécuriser le réseau électrique et maintenir la qualité d’alimentation dans la durée, les ouvrages aériens sont progressivement modernisés ou renouvelés. « Dans ce contexte, avec 104 684 km de circuits en exploitation, le développement du réseau RTE se caractérise par l’augmentation de la longueur du circuit souterrain et la diminution de celle du circuit aérien », explique le président de RTE.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X