En direct

RT 2012 : Olivier Sidler, directeur du bureau d'étude Enertech, donne son avis sur la future réglementation thermique
© E.L - ©

RT 2012 : Olivier Sidler, directeur du bureau d'étude Enertech, donne son avis sur la future réglementation thermique

Propos recueillis par Eric Leysens |  le 08/07/2010  |  Réglementation techniquePerformance énergétiqueFrance ParisTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Réglementation technique
Performance énergétique
France
Paris
Technique
Valider

Suite à la présentation de la RT 2012 par Jean-Louis Borloo, mardi 6, le directeur du bureau d'étude Enertech, qui traverse la  France pour mener à bien les chantiers énergétiquement les plus performants, est partagé entre satisfaction, regret et attente.

Quel jugement portez-vous sur la RT 2012 ?
Pour pouvoir juger réellement, il faut attendre le moteur de calcul. De ce que je sais, il devrait être plus optimiste sur l'évaluation des consommations que la RT 2005 que je considère déjà très optimiste. Par expérience, quand on mène des campagnes de mesures dans des bâtiments existants, on obtient toujours des consommations supérieures aux exigences de la RT 2005.
De toute façon, la RT 2012 n'a pas vocation à être une méthode de prévision. En mesurant, on sera toujours au dessus de 50 kWhep/m²/an.

En attendant de pouvoir tester le moteur de calcul, quelle est votre première satisfaction parmi les exigences de la RT 2012 ?
Je suis très satisfait que le test d'étanchéité à l'air devienne quasi-obligatoire. J'ai beaucoup milité pour ça. Pour moi, c'est le meilleur moyen de faire des économies, cela ne coute pas chère et ça peut rapporter gros. Aussi, chose que la RT 2012 ne prend pas en considération, en limitant les courants d'air, le test de la porte soufflante va renforcer le confort ressenti par les utilisateurs du bâtiment.

Quelle est votre regret ?
Je n'étais pas favorable aux coefficients de modulation (du seuil de 50 kWhep/m²/an). Ils sont synonyme d'un recul face au lobbying des industriels et à la frilosité des promoteurs.
Ceux qui travaillent à l'élaboration de bâtiments énergétiquement très performants savent qu'on peut aisément être en dessous de 50 kWhep/m²/an dans tous les cas de figures.

Que pensez-vous du rehaussement du seuil de consommation pour les logements collectifs ?
Je n'ai jamais trouvé qu'il était plus difficile d'atteindre le niveau BBC dans le collectif que dans la maison individuelle.

Quel est, selon vous, le principal problème technique à résoudre pour généraliser le BBC ?
Le plus gros sujet technique, c'est celui de la maintenance.
Par exemple, en 2005, le bureau d'étude Enertech a participé à l'élaboration, en Rhône-Alpes, du bâtiment de bureaux Inned. A l'époque, sa consommation était 30% en dessous de ce qu'exige le label BBC. Trois ans après sa construction, une campagne de mesures, a révélé que la pompe de la climatisation de la salle de réunion fonctionnait en continu ou que le puits canadien marchait, la nuit, en hiver. Bref, un tas d‘aberrations qui faisait exploser les besoins estimés du bâtiment.
Ce problème de maintenance vient aussi du fait que les régulateurs sont devenus trop complexes.

Comment voyez-vous la suite ?
La grande bataille, c'est l'existant. Et, les pouvoirs publics n'ont toujours pas compris qu'il fallait rendre les obligations dans la rénovation, deux fois plus exigeantes que ce qu'elles sont aujourd'hui. Il faut profiter des échafaudages qui sont montés aujourd'hui pour isoler correctement. Car on ne reviendra pas isoler les immeubles qu'on rénove aujourd'hui.

Vous discutez avec les ministères ?
Les ministères m'épuisent. Je préfère faire des bâtiments très performants un peu partout en France qui font échos jusqu'à Paris, afin que les décideurs se rendent compte que c'est possible.

Pour en savoir plus sur le bâtiment Ineed, cliquez-ici

Modulation de l'exigence de consommation maximale, en maison individuelle, en fonction de la localisation géographique ( sans prendre en compte l'altitude)
Modulation de l'exigence de consommation maximale, en maison individuelle, en fonction de la localisation géographique ( sans prendre en compte l'altitude) - © © Meeddm
Modulation de l'exigence de consommation maximale, en maison individuelle, en fonction de la taille du logement
Modulation de l'exigence de consommation maximale, en maison individuelle, en fonction de la taille du logement - © © Meeddm

Commentaires

RT 2012 : Olivier Sidler, directeur du bureau d'étude Enertech, donne son avis sur la future réglementation thermique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur