En direct

Royaume-Uni : le ministre de l’Énergie veut améliorer le Green Deal

le 07/03/2014  |  MancheEuropeEtat

Edward Davey, le ministre de l’Énergie et du Changement climatique a lancé, la semaine dernière, deux pistes pour améliorer le Green Deal Britannique.

S’exprimant à l’occasion de la conférence Ecobuild 2014, qu’il a qualifié de « Crystal Palace d’aujourd’hui », le responsable britannique a souligné la nécessité de « de rendre l’habitat britannique plus chaud, plus vert et moins cher à chauffer ». À l’aune des premiers retours, il a annoncé des réformes à la fois sur le Green Deal et la mesure phare de l’Energy Company Obligation (ECO), qui repose sur les fournisseurs d’énergie outre-Manche.
Rappelant que, selon son ministère quelque 450 000 foyers ont bénéficié des mesures depuis le lancement du programme, il y a un an, il signale que l’objectif est toujours d’avoir un million de foyers modernisés d’ici un an, dans le cadre d’ECO et du Green Deal.

Néanmoins, le coût de ces opérations « demeure élevé », concède le ministre, sans remettre en cause l’efficacité de l’ECO, qui reste « l’outil avancé afin d’aider les plus pauvres et les plus vulnérables de la société. » Mais ce « coût retombe sur les consommateurs, via leurs factures énergétiques » et « il faut que cela se fasse de la manière la plus économe possible. » D’où le lancement d’une consultation sur l’avenir de ce programme ECO, porté par les fournisseurs d’énergie, avec une vision plus à long terme qu’à moyen terme.

Programme étendu à 2017

D’abord, le programme est étendu jusqu’en 2017, avec de nouveaux objectifs pour 2015-2017. Les deux éléments liés à la précarité énergétique sont ainsi également prorogés jusqu’à cette date. Les combles et des « lofts » seront inclus dans les dispositifs d’aide, à la demande de l’industrie. Cette consultation ne freinera pas le processus en cours, Ofgem, le régulateur du secteur, continuant d’administrer le programme pendant les changements normatifs.

Tandis qu’ECO se focalise sur les plus pauvres, le Green Deal vise plus large et notamment, les audits réalisés dans ce cadre (145 000 l’an dernier), mais sans engagement de résultat (80 % feraient ou envisagent des travaux à l’issue des audits). Londres, qui a élargi le Green Deal aux « communautés », vient d’annoncer que sur les 64 dossiers reçus, six projets ont été sélectionnés, la semaine dernière, représentant un investissement de 19,5 millions de livres sur 5 500 Green Deal Plans et 7 000 foyers.

Le DECC lui-même sort renforcé de cette nouvelle impulsion, la responsabilité en matière d’efficacité énergétique rentrant désormais dans ses attributions alors qu’elle relevait du Defra (affaires rurales et alimentation). Et Ed Davey de se féliciter aussi du déploiement attendu pour 2020 des smart meters. Un AMI avec 20 M£ à la clé est aussi sur le bureau du DECC en faveur de programmes pilotes de réduction de la demande en courant.

Commentaires

Royaume-Uni : le ministre de l’Énergie veut améliorer le Green Deal

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur