En direct

Routes Enrobés et béton bitumineux recyclés à 50 % sur l’autoroute A 28
PHOTO - Tech425 enrobe1.eps - © Yves Denoyelle/Le Moniteur

Routes Enrobés et béton bitumineux recyclés à 50 % sur l’autoroute A 28

jean-jacques talpin |  le 16/11/2007  |  EnergieEntreprisesTransportsArchitectureRéalisations

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Entreprises
Transports
Architecture
Réalisations
Sarthe
Produits et matériels
Béton
Travail
Travaux publics
Rénovation
Valider

Cofiroute fait rénover un tronçon de 17 km entre Le Mans et Alençon en intégrant une part élevée du recyclage des agrégats dans les sous-couches. Colas mise sur une économie de 17,7 % de l’énergie utilisée.

La section nord de l’A 28 entre Le Mans et Alençon, ouverte en 2000, a mal vieilli. Construite en mode économique, cette autoroute a vu la voie lente et la bande d’arrêt d’urgence (BAU) se dégrader sous l’effet d’un trafic poids lourds plus important que prévu ( 19,5 % par an). Face aux déformations et aux infiltrations d’eau sur un tronçon de 17 km dans les deux sens, Cofiroute a décidé de restructurer la voie lente et la BAU. Le maître d’œuvre, Scao, et l’entreprise chargée des travaux, Colas Centre-Ouest, ont alors porté le taux de recyclage des agrégats à 50 % pour la composition des couches de base et de liaison sur un total de 15 cm d’épaisseur. « Nous faisons couramment 10 ou 20 % de recyclage, explique Jacky Cahour, directeur technique de Colas Centre-Ouest, mais porter cette part à 50 % est encore expérimental. »

Moins de transport et d’énergie

Avant le chantier, des études techniques poussées en laboratoire ont été lancées « afin de vérifier la bonne tenue à l’eau des formulations et d’optimiser leur résistance à l’orniérage, ainsi que leur performance en module et en fatigue ». Les résultats, jugés positifs, ont permis de passer à la phase réalisation, nécessitant pourtant une adaptation des installations d’enrobage. Colas a ainsi mis au point une centrale avec double tube sécheur, qui sépare le chauffage des agrégats à recycler à 130 °C, pour ne pas vieillir prématurément le liant, des agrégats neufs, avant de les envoyer dans le circuit normal à 160 °C. L’objectif de productivité initial – 300 t/h – a ainsi été garanti, avec la possibilité de monter jusqu’à 60 % d’agrégats recyclés.

Pour la réalisation, le chantier a dû, lui aussi, être adapté car le recyclage suppose un double passage des fraiseuses, avec d’abord un rabotage de 15 cm de la couche supérieure avec récupération des agrégats pour recyclage, puis un second passage pour raboter sur 10 cm des matériaux qui ne seront pas réutilisés sur le chantier. Fraisés, les agrégats sont stockés sur une plate-forme située à moins de dix kilomètres du chantier avant d’être réintroduits dans le circuit d’enrobage.

La structure de la chaussée est ensuite reconstituée : couche de fondation en grave non ­traitée 0/14 de 10 cm, puis couche de base de 9 cm en enrobés à module élevé (EME) de type 2 et de granulométrie 0/14 et, enfin, couche de liaison en béton bitumineux à module élevé (BBME) de type 2 et de granulométrie 0/14 de 6 cm. Ces deux dernières couches utilisent 50 % de matériaux recyclés, soit un total de 40 000 t pour le chantier mis en œuvre au rythme de 2 000 t/jour. Une couche de roulement de 5 cm clôt le chantier avec du béton bitumineux 0/14, mais sans matériaux recyclés. Avec un recyclage d’agrégats à 50 %, Colas mise sur une économie de 17,7 % de l’énergie utilisée, notamment pour la fabrication des liants et le transport des matériaux.

Un tel chantier doit aussi permet­tre de réduire de 15 à 16 % la production de gaz à effet de serre (GES) avec un gain de 300 t de GES pour ce chantier. Tous ces gains doivent se traduire par une réduction de la facture, qui devrait dépasser 10 %.

PHOTO - TECH425 enrobe2.eps
PHOTO - TECH425 enrobe2.eps - © J.-J. TALPIN
L’EXPERT Frédéric Rousseau, responsable travaux neufs chez Cofiroute

« Le recyclage, un peu moins cher »

Nous sommes prescripteurs pour l’utilisation de matériaux recyclés depuis une petite dizaine d’années. Mais nous sommes malgré tout vigilants. Le recyclage suppose en amont des chantiers des études fiables, précises et régulières, afin de garantir la même qualité sur la durée que des agrégats classiques. Mais nous sommes confiants, car toutes les études montrent que le recyclage est performant : les expériences que nous avons menées donnent les mêmes résultats, avec la même résistance, la même usure au temps, les mêmes caractéristiques de compacité ou de maniabilité. Il faut donc poursuivre et amplifier, au moins dans un souci de développement durable. Mais cela suppose aussi une proximité des chantiers, des aires de stockage et des centrales d’enrobage, car les économies portent avant tout sur les matériaux neufs que l’on ne va pas chercher dans des carrières éloignées, mais aussi sur l’énergie et les transports. Globalement, les chantiers en recyclés sont un peu moins chers que les chantiers classiques. Mais il ne faut cependant pas espérer des économies considérables.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Cofiroute.

Maître d’œuvre : Scao.

Entreprise : Colas Centre-Ouest.

Moyens humains : 90 personnes.

Délais : 9 semaines.

Coût : 10 millions d’euros.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur