Economie

Routes : Adieu l’Usirf, bonjour Routes de France

Mots clés : Réseau routier

Pierre Calvin, son président, l’a annoncé ce 11 janvier lors de ses vœux. L’Union des syndicats de l’industrie routière française – l’Usirf – change de nom et s’apprête à vivre une année 2018 riche avec un objectif : valoriser la route et ses métiers.

 

Ne parlez plus de l’Usirf, cet acronyme « parfois compliqué à dire », s’amuse lui-même Pierre Calvin, son président. En ce début d’année, l’Union des syndicats de l’industrie routière française devient « Routes de France ». Une nouvelle identité « plus en conformité avec le contenu de notre mission », estime le président de l’organisation professionnelle. Et qui permettra sans doute de mieux l’identifier, notamment au niveau local puisqu’elle se déclinera aussi au niveau des syndicats professionnels régionaux de l’industrie routière (Sprir).

L’adoption de ce nouveau nom s’inscrit dans une volonté plus large de changer l’image du secteur. Le travail a déjà été important sur ce point en 2017, et Pierre Calvin a insisté, lors de ses vœux, le 11 janvier, sur le fait que « la route n’est plus la même. Il y a encore quelques mois, la route était, à tort synonyme d’accident, de pollution, d’externalités négatives. » L’ex-Usirf s’était ainsi efforcé de faire passer un même message tout au long de l’année passée – notamment autour des Assises de la mobilité -, désormais érigé en « baseline » de sa nouvelle identité : « la route (est) au cœur de toutes les mobilités ».

 

PPRS et communication auprès des jeunes au programme

 

L’organisation professionnelle poursuivra son travail de « pédagogie » en 2018, en « consolidant nos actions à l’échelon national ». Elle prépare notamment la deuxième édition du Pavement Preservation and Recycling Summit (PPRS), du 24 au 26 mars à Nice. Pendant trois jours, ce congrès espère accueillir près de 1500 acteurs du secteur, nationaux et internationaux, pour confronter les points de vue et les bonnes pratiques sur l’entretien, la modernisation, et l’adaptation des routes aux mobilités de demain. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, devrait faire le déplacement. La première édition, en 2015, avait réuni près de 1000 participants, dont une « importante délégation américaine », nous explique-t-on. L’enjeu, pour cette année, est de mobiliser davantage les maîtres d’ouvrage publics français, assez peu présents il y a trois ans.

Routes de France souhaite par ailleurs mieux faire connaître et valoriser ses métiers auprès des jeunes. Le 15 janvier, l’organisation professionnelle lancera ainsi une opération baptisée « Trace ta route », pour attirer de nouveaux talents. Elle s’appuiera sur un site Internet. Entre autre.

L’année s’annonce donc bien remplie pour la profession, qui renoue avec la croissance. En 2017, l’activité a progressé de 2% en volume*. Une bonne nouvelle même si « ce n’est pas énorme puisque l’activité avait baissé de plus de 30% ces dernières années, rappelle Pierre Calvin. Mais nous espérons avoir atteint un point bas, et rebondir désormais ». Les prévisions pour 2018 sont sur la même ligne. Avec un mot d’ordre : après avoir traversé une période si difficile, mieux vaut rester prudent.

 

 

* En 2017, le chiffre d’affaires des entreprises adhérentes à l’Usirf a été de 12,4 milliards d’euros.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X